Insolite

Pour la Toussaint, une start-up du Finistère invente un réseau social pour les défunts

Par Jérôme Collin et France Bleu, France Bleu Breizh Izel et France Bleu mardi 1 novembre 2016 à 5:30 Mis à jour le mardi 1 novembre 2016 à 7:29

L'interface de Bescrib ressemble à celle de Facebook. Mais le réseau social est clairement destiné à être un mémorial en ligne et collaboratif.
L'interface de Bescrib ressemble à celle de Facebook. Mais le réseau social est clairement destiné à être un mémorial en ligne et collaboratif. - © Bescrib - capture d'écran

Le réseau social Bescrib se veut un mémorial en ligne et collaboratif, alors que partout dans les cimetières, de nombreuses tombes sont laissées à l'abandon. Quatre entrepreneurs du Finistère ont lancé le réseau début 2016. Ils revendiquent plus de 3.000 inscrits partout en France.

A l'approche de la Toussaint, si vous savez que vous n'aurez pas le temps d'aller fleurir la tombe d'un de vos proches, jetez peut-être un œil à Bescrib. Un réseau social inventé par quatre entrepreneurs du Finistère basés à Guipavas. Une idée venue d'un constat : de moins en moins de Français se rendent dans les cimetières, et plus particulièrement les jeunes. Constat confirmé par l'un des gardiens du cimetière Saint-Marc à Quimper : "Il y a vingt ou trente ans, à l'approche de la Toussaint, il y aurait la queue pour nettoyer les tombes. Là, il n'y a vraiment personne".

Site du réseau social Bescrib

Des tombes ou des cendres géolocalisées

A 56 ans, Jacques Milice s'est créé son propre profil. Il tient à jour ceux de ses parents décédés. Bescrib emprunte la forme de Facebook. Mais en plus des traditionnels boutons "J'aime" et "Commentaires", il y a aussi une partie "Hommage". Une sorte de mémorial en ligne où tous les amis et membres de la famille du défunt peuvent déposer des photos, des vidéos et des messages à sa mémoire.

Didier Tousch, fondateur de Bescrib : "Les tombes sont géolocalisées comme ça vous pouvez demander à quelqu'un d'aller en fleurir"

Offrir des fleurs à sa femme après sa mort ou lui envoyer un message vidéo

Les possibilités du réseau social sont multiples. De votre vivant, vous pouvez programmer à l'avance des publications, des messages ou des vidéos pré-enregistrées. Dès que votre mort est signalée par un membre de votre famille, les vidéos sont publiées. Et on peut aller encore plus loin : un fleuriste apporte un bouquet de fleurs à votre femme le jour de son anniversaire par exemple. Ce bouquet, vous l'avez évidemment payé à l'avance.

Le site fait plutôt débat parmi les Quimpérois rencontrés dans les cimetières. Certains trouvent l'idée intéressante. "Un de mes amis est décédé récemment, il a choisi la crémation donc on a eu du mal à lui rendre hommage. Avec un tel site, ce serait plus pratique", explique une jeune femme. De son côté, Ismaël est contre. "Je rends visite à mon grand-père à chaque Toussaint pour lui tenir compagnie depuis le décès de grand-mère. Sur un ordinateur, on va séparer les gens et puis on mettra juste un petit mot pour se donner bonne conscience".

Les Quimpérois sont partagés sur l'intérêt de ce nouveau réseau social