Infos

Une yourte pour salle de classe à Boëseghem dans le Nord

Par Rosalie Lafarge, France Bleu Nord lundi 29 août 2016 à 5:50

La yourte accueillera 24 enfants de CE1 dès le 1er septembre
La yourte accueillera 24 enfants de CE1 dès le 1er septembre © Radio France - Rosalie Lafarge

Aller à l'école dans une yourte, c'est sûrement fréquent en Mongolie, bien moins en France. Et pourtant, c'est ce qui attend 24 élèves de CE1 à Boëseghem (Nord).

Pour pouvoir accueillir une sixième classe à l'école des Trois Clefs, le village de Boëseghem (Nord) a opté non pas pour un préfabriqué, mais pour une yourte. Une vaste structure de 65 m², toute en bois recouvert de toile, a donc pris place juste à côté des "bâtiments en dur" de l'école. Dès le jeudi 1er septembre, 24 élèves de CE1 y seront accueillis.

Il va donc falloir attendre jeudi pour découvrir la réaction des enfants. Mais déjà l'enseignante, Gaëlle Gilliot, trépigne d'impatience : "rien qu'en rangeant les affaires dans les placards, je suis euphorique, ça va être très sympa et je suis sûre que cette année, les élèves seront contents de revenir à l'école, quand on leur dira d'entrer en classe, on ne les entendra pas râler!".

Les tables sont disposées aléatoirement au coeur de la yourte et les élèves n'auront pas de place attitrée - Radio France
Les tables sont disposées aléatoirement au coeur de la yourte et les élèves n'auront pas de place attitrée © Radio France - Rosalie Lafarge

Un habitat millénaire mais adapté à notre siècle

La structure est étonnante en elle-même, mais y trouver une salle de classe à l'intérieur l'est d'autant plus. "C'est un habitat traditionnel mais bourré de technologies", précise la directrice adjointe de l'école, Alice Callewaert. "Nous aurons un tableau numérique interactif, des tablettes, et pas de tableau noir. C'est un peu particulier, mais disons que le temps des classes rectangulaires avec des élèves en rang d'oignon, c'est un peu dépassé. La yourte va permettre de mettre l'enfant au cœur des apprentissages, de travailler en petits groupes, et la structure circulaire s'y prête bien" ajoute celle qui est aussi professeur des écoles.

L'idée de construire une yourte plutôt qu'une nouvelle salle de classe "traditionnelle" est née dans la tête de la maire du village, Danielle Mametz. "Cela aurait peut-être été plus simple d'avoir recours à un préfabriqué, mais il n'y aurait pas eu la même dynamique au sein de l'équipe municipale, au sein de l'équipe enseignante et au sein du village. Le fait d'avoir un projet innovant, dont on sait qu'il est qualitatif en terme de développement durable, que c'est économique, et que cela apporte une qualité de vie pour tout le monde, c'est plus enthousiasmant. Et pour les enfants, un préfabriqué aurait été une solution au rabais".

Un grand puits de lumière illumine l'intérieur de la yourte et peut s'ouvrir afin, entre autres, d'aérer - Radio France
Un grand puits de lumière illumine l'intérieur de la yourte et peut s'ouvrir afin, entre autres, d'aérer © Radio France - Rosalie Lafarge

Beaucoup de normes à respecter

Mais faire d'une yourte une salle de classe n'est pas forcément évident. En tout cas, François Robilliard, gérant de la société NO-MADe, n'en avait encore jamais construit. Cela n'est pas forcément très différent d'une yourte destinée au spectacle de rue, puisque cela reste un établissement accueillant du public. Mais il faut y ajouter un certain nombre de normes spécifiques aux salles de classes : la hauteur des prises, l'emplacement des portes, l'ouverture vers l'extérieur.

"Beaucoup de normes, reconnaît François Robilliard, et la difficulté, c'est qu'on trouve tout type d'informations, rien n'est centralisé dans un même document, donc il faut piocher à droite à gauche". Mais d'après le gérant de cette société basée à Aire-sur-la-Lys , ce type de construction présente beaucoup d'avantages. "Nous sommes aux alentours de 800 euros par mètre carré, le bâtiment traditionnel c'est le double, donc le coût fait la différence, et puis c'est sympa pour les enfants, les enseignants, c'est écolo puisque nous travaillons dans une démarche de développement durable".

Investissement total : 70.000 euros

Ce qui fait que la yourte de Boëseghem a coûté 70.000 euros au total. Finalement le seul inconvénient pourrait être la toile qui risque de s'user avec les UV, "mais la remplacer dans 10-15 ans ne représente pas un gros investissement" assure François Robilliard. Il encourage donc tout le monde à s'y mettre, à oublier les a priori que l'on peut avoir sur la yourte : "on pense bas de plafond, sans lumière, avec des odeurs d'animaux, non ! On s'inspire de l'habitat traditionnel, mais on l'adapte à nos conditions de vie".

La yourte a pris place en face des bâtiments "en dur" de l'école de Boëseghem - Radio France
La yourte a pris place en face des bâtiments "en dur" de l'école de Boëseghem © Radio France - Rosalie Lafarge

Partager sur :