Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vendée : la mairie de Talmont-Saint-Hilaire achète 125.000 euros un terrain valant 8.000 euros

-
Par , France Bleu Loire Océan

Maxence de Rugy, maire de Talmont-Saint-Hilaire, en Vendée, assume ce choix : la municipalité achète un terrain 15 fois son prix normal. La parcelle avait été achetée par un membre de la communauté des gens du voyage, pour y installer en toute légalité des caravanes, dans un secteur archi protégé.

Le maire de Talmont-Saint-Hilaire, Maxence de Rugy, devant le terrain acheté 125.000 euros
Le maire de Talmont-Saint-Hilaire, Maxence de Rugy, devant le terrain acheté 125.000 euros © Radio France - Philippe Rey-Gorez

Une mairie qui achète 125.000 euros un terrain valant 8.000 euros… L'histoire se passe à Talmont-Saint-Hilaire, en Vendée, dans le secteur de la Guittière, où se trouvent notamment des parcs ostréicoles.  Il y a quelques mois, un particulier a vendu un terrain agricole de 6.500 mètres carrés à un membre de la communauté des gens du voyage. Le nouveau propriétaire a annoncé son intention d'y installer des caravanes, en toute légalité, alors que l'endroit est une zone protégée. Mais le maire de Talmont, Maxence de Rugy, ne veut pas en entendre parler.  Alors, le conseil municipal a décidé de racheter le terrain, et le nouveau propriétaire a fait monter le prix.

On doit absolument préserver ce paysage et cette biodiversité. -  Maxence de Rugy, maire de Talmont-Saint-Hilaire

Il n'y avait pas le choix, dit le maire, et pour lui, c'est ça qui n'est pas normal : "C’est la faiblesse de notre droit. Tout citoyen ne peut pas venir ici pour une installation, parce qu’on est sur une zone naturelle sensible, protégée. On a une strate de réglementations qui interdit toute installation . Mais le Conseil constitutionnel et le Conseil d’Etat appliquent un droit particulier pour la communauté des gens du voyage. Leurs caravanes sont leur lieu d’habitation principal, contrairement aux caravanes de loisir. Donc, en toute légalité, potentiellement, 50 ou 100 caravanes peuvent venir, trois mois ou plus de trois mois avec dérogation". 

Alors, il y a eu négociation. Le nouveau propriétaire demandait 300.00 euros, on est descendu à 125.000 euros. C'est quand même beaucoup, mais le maire assume ce choix, qui a été accepté par le conseil municipal. 

Juste à coté, un terrain de camping
Juste à coté, un terrain de camping © Radio France - Philippe Rey-Gorez

On  pourrait s'étonner, puisque à côté du terrain se trouve un camping, avec des mobil homes. Ca n'a rien à voir, répond Maxence de Rugy. Le camping est connecté à des réseaux, notamment d'assainissement. Ce ne serait pas le cas du campement des gens du voyage.  

Le soutien du Conseil départemental

Le Conseil départemental, de son coté, soutient le choix du maire de Talmont-Saint-Hilaire. Dans un communique publié ce mercredi, le président Yves Auvinet rappelle que "le terrain est situé dans le périmètre ayant vocation à être _labelliséGrand Site de France_, dossier sur lequel l’Etat, le Conseil départemental et les communes concernées (dont celle de Talmont) travaillent conjointement".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess