Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

Verton : il traverse la Manche en paramoteur avec son père de 80 ans

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

C’est le cadeau qu’il offre à son papa pour ses 80 ans ! Un Infirmier de Verton, près de Berck, traverse la Manche en paramoteur biplace, ce samedi. Une heure et quart pour rejoindre les côtes près de Calais. Ce sera la première traversée en paramoteur biplace.

Fabien Marc et son père, âgé de 80 ans, vont tenter de traverser la Manche en paramoteur : un cadeau d'anniversaire pour le papa.
Fabien Marc et son père, âgé de 80 ans, vont tenter de traverser la Manche en paramoteur : un cadeau d'anniversaire pour le papa. © Radio France - Matthieu Darriet

Verton, France

Le paramoteur, c’est une aile de parapente et un moteur dans le dos du pilote. Un équipement qui va permettre à Fabien Marc et son père de traverser la Manche, environ 55 km depuis Douvres. Ils vont voler à une altitude élevée, inédite, pour un paramoteur, explique le pilote : "On a l'habitude de voler à 150 ou 200 mètres et on voit bien qu'on avance. Alors que là, pour garder une sécurité optimale, on va devoir monter un petit peu, et voler vers 1.000 m. Et à cette altitude, on perd la sensation d'avancer. Et, au dessus de l'eau, c'est un peu stressant ! On aimerait que les côtes françaises avancent plus vite. "

Décollage délicat

La phase la plus délicate du vol, c’est le décollage, lui aussi inhabituel, avec plus de poids, notamment avec les 12L d’essence. Alors, Michel, le papa, 80 ans, a un peu d’appréhension : "Le décollage, on en a déjà fait plusieurs, mais on s'est déjà aussi fait peur, en tombant à genoux. Donc, il y a cette appréhension du décollage et après plus de problème."

Je ne sais pas nager, donc j'ai intérêt à avoir confiance dans le matériel et le pilote. On a beau dire qu'au fond on n'est pas si bête que ça, mais je voudrais bien rester au-dessus !  

Le bateau suiveur de ce défi sera piloté par le calaisien Olivier Folcke, qui a déjà tenté une traversée de la Manche à la nage. Parachute de secours et gilets de sauvetages sont également prévus.