Insolite

VIDÉO | Dans la peau d'un octogénaire : de futures auxiliaires de vie ont testé

Par Olivia Cohen, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass samedi 17 décembre 2016 à 11:11

Un corset, des coudières, un casque et un masque : la panoplie pour entrer dans la peau d'un octogénaire
Un corset, des coudières, un casque et un masque : la panoplie pour entrer dans la peau d'un octogénaire © Radio France - Olivia Cohen

De futures aides à domicile ont participé à des ateliers de simulation de vieillesse ce vendredi, au lycée Oberlin, à Strasbourg. Vêtues d'une combinaison gênant leurs mouvements et altérant leurs sens, les élèves ont pu ressentir les difficultés rencontrées quotidiennement par les personnes âgées.

Comment serez-vous quand vous aurez 80 ans ? Ne vous faites pas d'illusion, vous serez ralenti dans votre vie quotidienne, certains ont tendance à l'oublier, les plus jeunes n'y songent même pas. C'est pour sensibiliser des élèves en bac pro, destinées à devenir auxiliaires de vie, qu'un atelier a été mis en place au lycée professionnel Oberlin à Strasbourg, en collaboration avec l'Adhap, réseau d'aide à domicile.

"Je pensais que mon grand-père faisait exprès, maintenant je comprends !"

La panoplie pour se mettre dans la peau d'un octogénaire ? Un corset pour courber le dos, des entraves aux articulations, un masque qui altère la vue et un casque qui rend sourd. Les apprenties auxiliaires de vie, ainsi harnachées, doivent effectuer quelques gestes simples du quotidien... Des gestes qui se transforment en parcours du combattant !

Verdict : le déclic est immédiat et c'est le but de l'opération explique Hélène Perrot-Ficet, enseignante en sciences et techniques médico-sociales et l'une des organisatrices du projet :

Les élèves sont jeunes, leurs corps est élastique et dynamique, alors c'est intéressant qu'elles expérimentent le corps contraint, avec des mouvements qu'on ne peut plus faire correctement, ça les fait progresser dans leur démarche empathique, elles deviennent par la suite beaucoup plus attentionnées.

Célia, cheveux roux et lunettes à monture noire, prend conscience qu'elle a pu manquer de tolérance par le passé :

Face à certains gestes de mon grand-père, je pensais qu'il le faisait exprès pour capter l'attention. Aujourd'hui, je réalise que c'était bien réel !

En mai prochain, ces élèves convaincues animeront à leur tour des ateliers pour sensibiliser leurs camarades des autres filières au lycée.