Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

VIDÉO – L’épave du Concord, qui a coulé en 1768, a été retrouvée en baie d’Audierne

Les plongeurs du club de plongée quimpérois l'Aseb (Activités subaquatiques en Bretagne) ont découvert en avril l’épave du Concord dans le Finistère. Ce bateau britannique a coulé au large de Penhors après une avarie en 1768.

Plongeur explorant les lingots de plomb du Concord.
Plongeur explorant les lingots de plomb du Concord. - Alexis Deniau

Audierne, Finistère, France

Le Concord transportait 2 400 lingots de plomb et 150 tonnes de charbon. Au large de l’Île de Sein, le bateau prend l'eau… sans faire de victimes. L’ensemble des passagers seront sauvés.

"Elle n’a pas été retrouvée parce qu’elle est à une profondeur où il est difficile de voir"

L’épave du Concord a été découverte une première fois il y a 27 ans par Gérard Lasserre du Rozel, un antiquaire bénodétois. Faute d’avoir repéré l’endroit exact, l’épave du navire était depuis restée introuvable. Jusqu’à ce que le club de l’Aseb la cherche. « Gérard Lasserre du Rozel a trouvé le bateau un jour où l’eau était très claire. Il a vu une tâche, il a cru que c’était une zone rocheuse où il peut y avoir des araignées ou des bars. En fait, c’était cette épave avec des lingots. Depuis elle n’a pas été retrouvée parce qu’elle est à une profondeur où il est difficile de voir », explique le plongeur Jean Roullot.

Une trouvaille quimpéroise

Le Département de recherches et d'archéologie sous-marine (DRASSM) est venu de Marseille avec son navire amiral mener des recherches avec des moyens sophistiqués le mois dernier. En vain. 

Ce sont donc des locaux qui ont retrouvé le navire anglais. « L’emplacement est sur un fond de sable, mais il y a plein de petits plateaux rocheux. Tout pouvait ressembler au site qu’on recherchait. On a réussi à retrouver le contact du photographe qui avait accompagné le DRASSM lors d'une exploration en 1994, qui avait un GPS. Par rapport à la position qu’il nous a communiquée, on a retrouvé l’épave trente mètres plus loin », détaille Benjamin Pépy, responsable de la section archéologie du club de plongée de Quimper.

Vidéo : Jacques Le Lay