Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Un Nordiste participe à l'une des courses de chiens de traîneau les plus difficiles d'Europe

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Le dimanche 13 janvier, Serge Métier, un dentiste de Bapaume (Pas-de-Calais) a pris le départ de la Grande Odyssée, une course de chiens de traîneau, en Savoie. Il doit parcourir plus de 550 kilomètres en 11 jours. Une compétition très dure physiquement, mais magique pour ce grand passionné.

Chaque jour pendant 11 jours, Serge Métier et ses chiens parcourent environ 40 kilomètres dans des domaines skiables.
Chaque jour pendant 11 jours, Serge Métier et ses chiens parcourent environ 40 kilomètres dans des domaines skiables. - Serge Métier

On appelle ça "un musher", comprenez  un meneur de chien. Serge Métier, un dentiste installé à Bapaume dans le Pas-de-Calais, participe en ce moment à la Grande Odyssée, l'une des plus grandes courses de chiens de traîneau d'Europe. Le Nordiste, passionné par cette discipline, s'est élancé dimanche 13 janvier. Pendant 11 jours, au côté de 25 autres participants, il va parcourir plus de 550 kilomètres, dans un milieu alpin aussi beau que difficile. 

Cette année, c'est la troisième fois qu'il participe à la course, et c'est loin d'être une balade de santé. Le épreuves se déroulent dans les domaines skiables, et dans les environs, souvent de nuit à la fermeture des pistes. "C'est très physique, raconte le musher. Les chiens ne sont habitués aux dénivelés, d'habitude ils courent sur du plat. Il faut beaucoup les aider dans les montées. C'est un vrai sport extrême !" 

Malgré tout, Serge peut profiter de paysages magnifiques et compter sur ses fidèles compagnons : Thor et Pilo en tête, et puis derrière Sofia, Earny, Stark, Loki, Vitto et Pepper. Huit Alaskan Husky qu'il réveille tous les matins à 6 heures et demi, avant de s'élancer pour trois heures de course. Des chiens qui sont chouchoutés pendant la compétition, à raison de 4 repas par jour et des séances de massage pour soulager leurs pattes.

Un passion à cause d'un film !

Entre Serge Métier et les chiens de traîneau, tout a commencé il y a 26 ans. Il découvre ces animaux en 1992, en regardant Antarctica, un film qui raconte les aventures d'une meute, livrée à elle-même en Antarctique. Dans la foulée, il achète son premier animal, puis un deuxième... Aujourd'hui, il en possède 11, mais il en a élevé jusqu'à 23 à la maison ! 

Rapidement, Serge commence à sillonner la France pour participer à des courses et en 1996, il remporte son premier prix au championnat de Belgique. Et depuis la fin des années 1990, il part aussi tous les ans en Laponie, pour un raid de trois semaines avec ses chiens. "C'est tellement beau, qu'une fois qu'on y a goûter on ne peut qu'y retourner..."

Un sport complet

Pour pouvoir courir sur des distances aussi longues que la Grande Odyséee, Serge se prépare pendant des moi, chez lui près de Bapaume. Quatre fois par semaine, il troque sa blouse de dentiste pour son équipement de musher. "J'utilise un kart, une sorte de gros vélo à quatre roues, que les chiens tirent sur les chemins à travers champs. Je fais ça de nuit, avec une lampe frontale, pour être tranquille et être sûr de ne déranger personne." 

Dans la campagne autour de Bapaume, Serge Métier et ses chiens s'entraînent avec un kart sur les chemins.
Dans la campagne autour de Bapaume, Serge Métier et ses chiens s'entraînent avec un kart sur les chemins. - Serge Métier

Et que ce soit à la campagne, ou à la montagne, les sensations sont les mêmes. "Sur le traîneau, c'est un sentiment de liberté qui n'est pas racontable, explique Serge. Ce sont nos chiens, on les a éduqués, on les aime, ils nous aiment. C'est une relation très fusionnelle. Et faire un effort de ce type avec eux, c'est une merveille. Sans compter les paysages, l'aventure. C'est vraiment un sport complet !"

Malheureusement, les chiens de Serge sont âgés - ils ont entre 8 et 10 ans - et seront bientôt à la retraite. La Grande Odyssée c'est donc une de leur dernière course. A deux jours de l'arrivée, notre musher nordiste sait déjà qu'il ne sera pas sur le podium, mais il promet quand même "d'aller jusqu'au bout".  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu