Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

VIDÉO - Un ostréiculteur vendéen mange une huître pour prouver qu'elle ne donne pas la gastro-entérite

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu
Bouin, France

La plupart des producteurs de Bouin qui ont l'interdiction de vendre leurs coquillages à cause d'un risque de contamination au norovirus se sentent démunis. L'un d'eux a voulu nous montrer que ses huîtres sont saines.

Laurent Castel ne peut plus vendre ses huîtres depuis le vendredi 24 janvier dernier à cause d'un risque de contamination au norovirus.
Laurent Castel ne peut plus vendre ses huîtres depuis le vendredi 24 janvier dernier à cause d'un risque de contamination au norovirus. © Radio France - Victoria Koussa

"Je ne veux pas rendre malade mes clients, alors j'attends", promet Laurent Castel, ostréiculteur à Bouin, l'un des 160 concernés par l'interdiction temporaire de vente d'huîtres et de coquillages émise vendredi 24 janvier dernier à cause des risques de contamination au norovirus, le virus de la gastro-entérite, qui vient d'être détecté en Vendée, après la Bretagne et la Loire-Atlantique. Pour autant, lui, comme certains de ses collègues, ont la certitude que leur production est sans danger, puisqu'ils en ont mangé pendant les fêtes de Noël.

VIDÉO - "Je peux même en manger une deuxième"

On a le moral dans les chaussettes, Baptiste Raimbault, ostréiculteur à Bouin

D'autres ostréiculteurs sont en colère, comme Baptiste Raimbault qui vend des huîtres à Bouin, la seule zone concernée en Vendée par l'interdiction. _"On a le moral dans les chaussettes ! On part du principe pollueur-payeur, mais là, on est pollué et payeur !"_affirme-t-il. Car les pertes sont estimées par le comité conchylicole des Pays de la Loire à plusieurs centaines de milliers d'euros. 

Sur la carte interactive de l'application QualitéCoq du gouvernement, il tique face à la zone d'interdiction, en rouge. "Des clients nous disent : "C'est comme avec le nuage du Tchernobyl, il s'est arrêté à la frontière de la France". C'est un peu le même principe, comme s'il y avait un grillage en mer qui montre qu'un côté, c'est bon, l'autre, pas bon... C'est aberrant !"

La carte que l'on trouve sur l'application QualitéCoq où l'on voit la zone d'interdiction qui concerne Bouin. - Aucun(e)
La carte que l'on trouve sur l'application QualitéCoq où l'on voit la zone d'interdiction qui concerne Bouin. - QualitéCoq

D'après le professionnel, si rien n'est fait, la pollution pourrait se reproduire. "On sait très bien qu'il y a des stations d'épuration qui sont sous-dimensionnées ou obsolètes, mais elles continuent de fonctionner et nous on est en bout de chaîne, on a un produit naturel en mer qui se nourrit tout le monde qui n'est pas traité, et c'est lui qui prend la saloperie", déplore-t-il. Pourtant, rien ne prouve aujourd'hui que les stations d'épuration de la ville sont défaillantes. D'ailleurs l'une des deux est en rénovation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu