Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite

VIDÉO - Une entreprise fait pousser des champignons à 12 mètres sous terre, dans une catiche de Fâches-Thumesnil

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Connaissez vous les catiches, cet ancien type de carrière souterraine, typiques du nord de la France ? À Faches-Thumesnil, au sud de Lille (Nord), l'entreprise Pleurette a transformé un ensemble de catiches en champignonnière en 2016. Une manière de valoriser le patrimoine régional. Visite guidée.

Le responsable qualité de Pleurette, Luc Eudibe, descend tous les deux jours au fond de la catiche.
Le responsable qualité de Pleurette, Luc Eudibe, descend tous les deux jours au fond de la catiche. © Radio France - Hélène Fromenty

Faches-Thumesnil, France

Ce sont des lieux typiques du Nord de la France, plein de secrets. L'entreprise Pleurette, spécialisée dans la production de champignons, a choisi de réhabiliter un ensemble de catiches qui se trouvent à Fâches-Thumesnil, près de Lille. Ces anciennes carrières souterraines, qui servaient par le passé à l'extraction de la craie, abrite désormais une culture de shitakés - une variété prisée de la gastronomie japonaise - à 12 mètres de profondeur. 

Dans la métropole lilloise, onze villes ont ce type de cavités dans leurs sous-sols, mais seules celles utilisées par Pleurette sont exploitées actuellement et ce depuis la création de l'entreprise, en 2016. 

"Nous avons à cœur de valoriser ce type de lieux inhabités depuis longtemps mais à fort potentiel, explique la porte-parole de Pleurette Marine Maréchal-Six. C'était évident pour nous qu'il fallait réinvestir ces catiches qui sont un trésor du patrimoine régional." 

C'est la commune de Fâches-Thumesnil qui met le lieu à disposition de la société, à titre gracieux. "C'est gagnant-gagnant. Car eux aussi c'est dans leur volonté de mettre en valeur ce qui leur appartient et qui fait partie de leur histoire." 

Cavités en forme de bouteille

L'accès à ces catiches de Fâches-Thumenil est bien caché dans une petite grange, entre des maisons de briques et un grand parc. On y accède uniquement via une longue échelle, comme le montre cette vidéo :

Dans ces catiches, Pleurette fait pousser des champignons et aussi de la barbe de capucin, une espèce de chicorée, et peut-être bientôt des endives. 

La production se déploie sur un hectare et demi, ce qui représente 12 catiches, soit 12 cavités en forme de bouteilles, reliées entre elles par de longues galeries d'environ cent mètres.

Le responsable qualité de l'entreprise, Luc Eudibe, descend dans les catiches tous les deux jours pour surveiller et récolter la production. "C'est assez exceptionnel de pouvoir travailler dans un tel lieu. C'est magnifique !"

Les shitakés poussent sur des ballots de paille, disposés sur des étagères. "La catiche est un environnement idéal pour ce type de champignon, explique Luc. Il fait entre 13 et 14 degrés, donc assez frais, il fait humide, il y a peu de lumière, et c'est au calme."

Abris pendant la guerre

Ces catiches - et les centaines que compte la métropole lilloise - ont été creusées par les carriers au milieu du 19e siècle. Jusque dans les années 1950, on y extrait de la craie, notamment pour fabriquer de la chaux, ou nourrir les terres agricoles. 

Mais au fil des années, elles auront aussi d'autres utilisations. "Pendant les guerres de 1870, et les deux guerres mondiales, elles ont servi d'abris aux populations, explique le responsable du service commun des carrières souterraines de la métropole lilloise, Gaétan Cheppe. On a retrouvé des inscriptions sur les murs des cavités, et même du mobilier." 

Au 20e siècle, les catiches sont aussi (et déjà) utilisées pour les cultures agricoles, comme champignonnière ainsi que pour la production de barbe de capucin. Mais elles sont finalement délaissées car la production industrielle en surface est plus rentable. 

Mais hormis Pleurette, une nouvelle vie pourrait bientôt s'offrir à ces lieux hors du commun. "Peut-être que dans un futur proche, on pourra ouvrir ces sites aux visiteurs, moyennant le respect de mesures de sécurité."

Autrement dit, une forme de tourisme sous-terrain. Plusieurs villes y réfléchissent déjà.