Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Vidéozap

VIDÉOZAP - 2018 : les prédictions imaginées par IBM il y a cinq ans vont-elles se réaliser ?

-
Par , France Bleu

En 2013, la société informatique IBM prédisait cinq grands changements à venir en 2018 dans la santé, l'éducation, le commerce, la sécurité et les technologies. Avec plus ou moins de flair.

La ville de 2018 sera connectée, prédisait IBM il y à cinq ans
La ville de 2018 sera connectée, prédisait IBM il y à cinq ans © Radio France - capture d'écran IBM

Pour la multinationale de l'informatique IBM, l'utilisation des données personnelles collectées par internet et le développement de l'intelligence artificielle doivent modifier certaines de nos manières de vivre. De manière générale, c'est un constat qui commence à se vérifier, mais dans le détail, le géant américain a surement un peu trop anticipé, comme le relève le huffingtonpost.

1. Grâce aux données, les écoles adapteront leur enseignement à chacun des élèves

Intéressant, mais surement trop visionnaire : IBM imaginait qu'en 2018 l'apprentissage dans les écoles serait très personnalisé, grâce à un profilage préalable des élèves pour analyser leur manière d'apprendre. Tous les élèves n'ont pas les mêmes types de mémoire, les mêmes goûts, les mêmes appréhensions. D'après IBM, les nombreuses données personnelles auraient du permettre aux pédagogues de s'adapter à leurs élèves. Force est de constater que nous n'en sommes pas là, ou en tous cas pas encore, même si les tablettes et les applications gagnent peu à peu les salles de classes.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

2. Le retour aux achats près de chez soi et l'inflexion du commerce en ligne

Pour IBM, le commerce en ligne va à nouveau être concurrencé de plus en plus par les achats en magasins, près de chez soi. La société américaine tombe assez juste. Certes le volume des ventes sur internet reste colossal et le e-commerce a encore de belles années devant lui, mais le retour à l'achat local et en boutique est une tendance de fond. Les marques créent maintenant sur leur lieux de ventes une "expérience client" assez personnalisée, avec un service différent et augmenté par rapport à ce que l'on peut trouver en ligne. En revanche, les données personnelles n'y sont pas encore pour grand chose, à l'inverse de ce qu'envisageait IBM. Par ailleurs, l'essor du "consommer local" depuis l'avènement des AMAP, donne plutôt raison à la firme.

3. L'avènement de la génétique en médecine contre le cancer

Pour IBM, les maladies comme le cancer vont être soignées grâce à la génétique et à l'accumulation des données. La multinationale prédisait que le séquençage ADN pour n'importe quel individu allait prendre quelques jours, voire quelques minutes, et ainsi accélérer et améliorer grandement le traitement des maladies. Le séquençage génétique comme l'intelligence artificielle se développent en effet rapidement dans la médecine, grâce au travail de certaines start-ups comme Sophia Genetics, créée par un Français.

4. Une cyber sécurité hyper-personnalisée

La sécurité informatique, un des métiers d'IBM, devait selon l'entreprise devenir un enjeu central dans la protection des individus, et se parfaire grâce à l'accumulation des données personnelles. Si la première partie de l'anticipation se vérifie, la seconde beaucoup moins. IBM espérait qu'une intelligence artificielle soit capable, grâce à l'analyse de nos habitudes, de détecter toute utilisation suspecte de nos appareils numériques ou bancaires. S'il existe des dispositifs proches pour nous alerter de certaines connections sur nos comptes emails ou réseaux sociaux, ça ne va pas beaucoup plus loin.

5. La ville sera connectée ou ne sera point

Augmenter en temps réel le trafic des bus ou des métros en fonction de la demande. Voilà l'une des utilités de la ville connectée selon IBM, qui prédisait l'arrivée de ces technologies pour cette année. Des intelligences artificielles, grâce à l'analyse de volumes d'informations - phénomènes météo, organisation d'événements, faits divers, etc., pourraient en temps réel adapter l'offre de services publics. Nous n'en sommes qu'aux prémices de la ville connectée, mais c'est un mouvement déjà amorcé, comme à Dijon, et qui semble inexorable.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess