Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite DOSSIER : Vidéozap

VIDEOZAP - Des célébrités parlent du sexe féminin pour inciter au dépistage des cancers gynécologiques

mardi 8 mai 2018 à 11:44 Par Maxime Bacquié, France Bleu

Le "hérisson", le "pompon", la "chnek"... 40 femmes parlent du sexe féminin dans une vidéo lancée par l'association Imagyn le 5 mai, pour sensibiliser aux cancers gynécologiques, qui touchent chaque année plus de 15 000 femmes en France.

Capture d'écran
Capture d'écran

France

Plutôt que de répéter un message de prévention classique, l'association Imagyn a eu l'idée d'un petit clip accrocheur. L'association a sollicité des dizaines de célébrités comme Géraldine Nakache, Emma De Caunes, Bérangère Krief ou Valérie Damidot. Ces femmes parlent du sexe féminin et du surnom qu'elles lui donnent, dans une vidéo lancée à l'occasion du 8 mai, journée mondiale du cancer de l'ovaire. Le clip est diffusé sur les réseaux sociaux et à la télévision.

Le "berlingot", le "mollusque", les réponses font sourire, c'est forcément le but de cette vidéo qui a pour objectif d'inciter les femmes à prendre rendez-vous au moins une fois par an chez le gynécologue pour se faire dépister contre ces cancers qui touchent plus de 15 000 femmes chaque année en France

Plus de 3 000 morts par an

Les cancers de l'ovaire, du col de l'utérus ou du corps utérin font plus de 3 000 morts par an. La majorité d'entre eux touche des femmes ménopausées, âgées de plus de 50 ans. "Mais en raison d'un suivi insuffisant, un certain nombre de cancers du col de l'utérus sont détectés sur des femmes de moins de 40 ans", précise l'association Imagyn.