Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite DOSSIER : Vidéozap

VIDEOZAP - La vague "Tamam" sur Twitter en Turquie pour dire "assez" à Erdogan

vendredi 11 mai 2018 à 10:45 Par Maxime Bacquié, France Bleu

Le président turc Recep Teyyip Erdogan ne s'attendait surement pas à cela le 8 mai dernier lorsqu'il a assuré dans un discours qu'il s'en irait le jour où son peuple lui dirait "tamam", qui signifie "assez". Depuis, le mot a été repris des centaines de milliers de fois sur les réseaux sociaux.

Capture d'écran
Capture d'écran

France

C'est ce qui s'appelle tendre le bâton pour se faire battre. Le 8 mai dernier, dans un discours face aux députés, le Président turc Recep Teyyip Erdogan déclare "Si, un jour, ma nation me disait "ça suffit", alors je me mettrais de côté ». En Turc, "ça suffit" se prononce "tamam". Il n'en fallait pas plus aux opposants et aux citoyens mécontents de l'action de celui qui est depuis 15 ans à la tête du pays.

"Assez" ou "encore" ?

Depuis le 8 mai, le mot "tamam" a déjà été repris près de deux millions de fois sur Twitter. Une vague qui grandit jours après jour au gré des messages d'opposants politiques, d'intellectuels, de Fémen ou de citoyens. Certains le chantent même sur Twitter. Un mouvement de contestation inattendu pour le Président turc, qui vient d'annoncer des élections présidentielles et législatives anticipées le 24 juin prochain, 16 mois avant la date prévue, pour maximiser ses chances de l'emporter.

Le PKK accusé d'avoir programmé des robots pour lancer cette vague de messages

Reste à savoir si la vague sera suffisamment grosse pour emporter le pouvoir en place. En guise de réponse, le gouvernement turc assure que tout est manigancé par le PKK, le Parti des Travailleurs Kurdes, qui aurait programmé tout ces messages grâce à des robots. Sur les réseaux sociaux, les partisans d'Erdogan tentent eux aussi de lancer la contre-attaque avec le hashtag "devam", qui signifie "encore". Sans trop de succès pour le moment...