Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Insolite DOSSIER : Vidéozap

VIDÉOZAP - Un parlementaire australien demande son compagnon en mariage en plein débat sur le mariage gay

mardi 5 décembre 2017 à 18:56 Par Anne Orenstein, France Bleu

Alors que le projet de loi sur le mariage homosexuel est sur le point d'être voté au parlement australien, Tim Wilson a pris de l'avance en demandant sa main à son fiancé depuis 9 ans.

Tim Wilson, élu à la chambre basse en Australie
Tim Wilson, élu à la chambre basse en Australie - Capture d'écran YouTube

L'Australie sera sans aucun doute le prochain pays à autoriser le mariage homosexuel. Il ne manque plus que le vote de la Chambre basse du Parlement pour que le projet de loi soit entériné puisque le Sénat l'a déjà voté. C'est pour cette raison que l'élu Tim Wilson s'est permis de faire déborder l'intime dans l’hémicycle. Dans un discours où l'on sent l'émotion affleurer, le représentant de 37 ans choisit de s'adresser à son fiance depuis 9 ans, Ryan Bolger. "Dans mon premier discours, j'avais défini notre relation par la bague que nous portons à notre main gauche", lui dit-il d'abord.

Alors il ne reste qu'une chose à faire: Ryan Patrick Bolger, veux-tu m'épouser ?

L’intéressé, qui se trouvait dans la galerie du public, a répondu "oui" sous les applaudissements de l'assistance. Le président de séance demande à la fin que soit bien consigné sur les minutes du débat que c'était un "oui" franc et massif.

L'élu du parti conservateur a posté la vidéo sur son compte YouTube qui plafonne à 71 abonnements. Jamais aucune de ses vidéos n'avaient atteint ce nombre de vues.

Retrouvez cette histoire dans L’œil du Web.