Insolite

Vivre sans portable : à Annoisin-Chatelans, la vie sans réseau

Par Alexandre Berthaud, France Bleu Isère mardi 2 août 2016 à 6:00

Henri Mermet a de la chance : il est chez SFR.
Henri Mermet a de la chance : il est chez SFR. © Radio France

Dans le nord de l'Isère, la petite commune d'Annoisin-Chatelans cherche des barres de réseau. Les utilisateurs d'Orange et Bouygues ne captent pas, ceux de SFR trouvent des astuces. Le village est comme coupé du monde.

Annoisin-Chatelans est tout en longueur. Du cimetière d'un côté, à l'auberge de l'autre, trois kilomètres de route. Des montées, des descentes, des arbres, des champs, des grandes maisons, des petites : le paysage varie, le réseau non. Il n'y en a pas.

Annoisin-Chatelans, zone blanche non officielle. - Radio France
Annoisin-Chatelans, zone blanche non officielle. © Radio France

Les livreurs abandonnent et posent au point-relais"

"On a installé une antenne-relais il y a sept ans et seul SFR s'est implanté", déplore Henri, retraité, déçu que les autres opérateurs ne profitent pas de l'installation. Lui est abonné à SFR, en toute logique, mais dans un des hameaux, Chatelans, ça ne suffit même pas. "On a de la chance ici on capte dans la maison, nous sommes chez Orange, mais partout ailleurs on ne peut pas téléphoner", précise Pauline, habitante du hameau en question.

Conséquence : trouver la bonne adresse au milieu du village relève de l'impossible pour quelqu'un ne connaissant pas le chemin. Impossible d'être guidé, "les livreurs abandonnent et posent les colis aux points-relais", ajoute Pauline, habitante depuis cinq ans.

Un village paisible, même les ondes ne dérangent pas. - Radio France
Un village paisible, même les ondes ne dérangent pas. © Radio France

Mieux vaut ne pas se perdre en randonnée

Plus problématique encore, les travailleurs sont handicapés. "Pour appeler un dépanneur ou quelqu'un avec qui je commerce, c'est difficile", explique Brice, agriculteur dans le village. Lui est né ici, "on a toujours eu des problèmes avec le téléphone", sourit-il. La tranquillité a un prix.

Au bord de la D52, plus de pierres que de barres de réseau. - Radio France
Au bord de la D52, plus de pierres que de barres de réseau. © Radio France

Tranquille, Corinne voulait l'être pour ses vacances. Mais à ce point-là, elle est surprise. "Le gîte n'a pas de téléphone fixe, les portables ne passent pas, le seul moyen de communiquer c'est la cabine téléphonique du village", s'exclame la vacancière.

Un gîte paisible, mais coupé de toute communication. - Radio France
Un gîte paisible, mais coupé de toute communication. © Radio France

Mieux vaut ne pas se perdre en randonnée pour elle et son compagnon. Et pour les courses : "c'est comme avant, il faut bien prévoir, tout mettre sur la liste", rit-elle, avant de reprendre son sérieux : "Je ne pourrais pas vivre ici, tous les jours, c'est trop dur professionnellement, et même personnellement". Un retour vingt ans en arrière agréable pour des vacances, mais difficilement supportable en permanence.

Notre reportage sur place

Pour retrouver du réseau, suivre la route. - Radio France
Pour retrouver du réseau, suivre la route. © Radio France

Partager sur :