Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vous chantez faux, sans même vous en rendre compte ? Cette étude réalisée à Lyon est faite pour vous !

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Nous sommes nombreux à admettre chanter faux ! En revanche, rares sont ceux qui n'en ont absolument pas conscience. Moins de 5% de la population naît avec ce "déficit musical", que des chercheuses du CNRL étudient à Lyon. Objectif : tenter d'améliorer les capacités de perception de ces personnes.

"Cela peut être quelqu'un de votre entourage qui vous avertit, ou vous lors d'un concert qui n'entendez pas la fausse note qui fait sursauter tout le monde" (illustration)
"Cela peut être quelqu'un de votre entourage qui vous avertit, ou vous lors d'un concert qui n'entendez pas la fausse note qui fait sursauter tout le monde" (illustration) © Maxppp - Bruno Levesque

Vous chantez complètement faux, n'avez pas l'oreille musicale... Et plus encore : vous ne vous en rendez pas compte ? Cette étude amusante, mais bien sérieuse, est faite pour vous ! Trois chercheuses du CNRL (Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon) étudient ce qui se passe dans le cerveau des personnes nées avec ce "déficit musical", pour savoir s'il est possible d'améliorer leurs capacités. 

Chanter faux, oui, mais surtout ne pas s'en rendre compte

L'étude a débuté avant le premier confinement, puis marqué une pause obligatoire à cause de l'épidémie. Les tests ont repris, de nouveaux volontaires sont recherchés, plus de 300 au total. Mais attention, ces chercheuses sont en quête de la perle rare ! Nous sommes nombreux à chanter faux, néanmoins seul 4% de la population environ naît avec ce déficit

"Ce sont des personnes qui ont un déficit de perception musicale, qui vont avoir du mal à détecter des fausses notes," explique Agathe Pralus-Durand, chercheuse post-doctorante du CNRL, l'une des chercheuses pilotant l'étude. 

ÉCOUTEZ - Agathe Pralus-Durand, et un extrait du film "Marguerite" réalisé par Xavier Giannoli en 2015

La chercheuse Agathe Pralus-Durand, avec un extrait du film Marguerite où Catherine Frot incarne une femme qui correspond tout à fait à cette étude

Le CNRL a reçu plus de 5.000 candidatures en une semaine. Mais parmi elles, rares sont les volontaires souffrant vraiment de ce déficit.

Essayer d'améliorer les capacités musicales de ces personnes

"On sait que c'est quelque chose qui se passe dans le cerveau, c'est un déficit que l'on a dès la naissance, il est congénitale. Ce n'est pas dû à l'éducation musicale, puisque pour l'instant c'est un déficit auquel on ne peut pas remédier," ajoute Agathe Pralus-Durand. La nouveauté de cette étude est justement de voir s'il est "possible d'améliorer les capacités musicales de ces personnes."

Une volontaire dans la magnétoencéphalographie
Une volontaire dans la magnétoencéphalographie - CERMEP de Lyon

Pour cela, il y a plusieurs visites au laboratoire pendant un an. La capacité des volontaires à percevoir la musique sera observée avec des exercices sur ordinateur et des enregistrements en magnétoencéphalographie : une grosse machine qui enregistre les courant magnétiques du cerveau, indolore et sans danger pour la santé. 

"Aider les personnes qui ont ce déficit à s'améliorer avec un entraînement bien spécialisé."

Entre ces visites, les volontaires auront des exercices à faire sur une tablette à la maison. L'objectif est d'"aider les personnes qui ont ce déficit à s'améliorer avec un entraînement bien spécialisé," ajoute la chercheuse. Cela peut jouer sur la capacité à profiter de la musique, impacter notre capacité à percevoir les émotions ou interrogations dans le langage, ou à entendre quelqu'un dans du bruit. 

Si vous pensez faire parti des 4 % de la population sans aucune oreille musicale, foncez ! Il faut être régulièrement disponible à Lyon pendant un an, c'est indemnisé. Cliquez ici, pour retrouver le test constitué par l'équipe du centre de recherches.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess