Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vouvray : un habitant de 67 ans va marcher 900 kilomètres jusqu'en Allemagne pour fêter le jumelage

-
Par , France Bleu Touraine
Vouvray, France

René-Jean Bienvenu, un retraité de 67 ans, part ce jeudi pour une marche de 900 kilomètres entre Vouvray et Rendersacker (Allemagne). L'objectif : fêter les 25 ans du jumelage des deux villes. Mais aussi rendre hommage à son père.

René-Jean Bienvenu part ce samedi pour un périple de plus d'un mois.
René-Jean Bienvenu part ce samedi pour un périple de plus d'un mois. - Simon Soubieux

C'est un rendez-fixé de longue date. René-Jean Bienvenu va marcher 900 kilomètres pendant un mois. 900 kilomètres qui séparent Vouvray et la Bavière. Rendersacker exactement. Il mettra un mois et fera 33 étapes.

Objectif 1 : fêter les 25 ans de jumelage

Le premier objectif : fêter les 25 années de jumelage entre Vouvray et la ville bavaroise. "Je veux, à travers mon action, participer à rapprocher encore plus les deux villes.", assure monsieur Bienvenu.

Objectif 2 : homme à papa

Le deuxième objectif est plus personnel. Il veut à travers ce périple rendre hommage à son père : "Mon père a été prisonnier en Allemagne pendant la seconde guerre mondiale. Quand il a été libéré, il a du marcher pour rentrer à Vouvray. Je veux faire la même chose, mais en sens inverse."

Pour loger, il ne sait pas encore trop comment il s'y prendra. Soit il dormira chez des gens qui sont assez aimables pour l'accueillir, soit ce sera la belle étoile. Il n'en a pas peur. En même temps, avec un nom comme celui qu'il a, il peut être optimiste.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess