Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dix tonnes de médicaments et de vêtements pour les réfugiés arméniens de l'Artsakh partent de Grenoble

-
Par , France Bleu Isère

Depuis une semaine, la maison de la culture arménienne de Grenoble est en pleine collecte pour les réfugiés de l'Artsakh, chassés de leur région, le mois dernier, par l'offensive de l'armée d'Azerbaïdjan.

Les palettes prêtes à partir de Grenoble
Les palettes prêtes à partir de Grenoble © Radio France - Gérard Fourgeaud

Dix tonnes de denrées ont  été collectées pour aider les réfugiés. Trois camions sont déjà partis en Arménie via Marseille et Lyon. Le prochain partira en début de semaine prochaine pour Paris direction Erevan, la capitale de l'Arménie.

Astrigh Manoukian, qui participe à la collecte, est originaire d'Erevan, la capitale de l'Arménie vit à Grenoble depuis 2004. Il y a deux jours, elle a appris que ses deux frères sont rentrés vivants de la zone de guerre où ils étaient partis combattre contre l'armée azérie. Mais Astrigh est sans nouvelle "de beaucoup de jeunes de sa connaissance. _On est sans nouvelles de de beaucoup de ceux qui ont combattu pour l'indépendance de l'Artsakh." C_ette province peuplée d'Arméniens, attribuée à l'Azerbaïdjan par Staline. Elle avait pris son indépendance de fait en 1991 avec la fin de l'URSS. En septembre, octobre et novembre, l'Azerbaïdjan, dans une guerre de 43 jours, a repris une grande partie du territoire avec l'aide de la Turquie et de djihadistes avant que Moscou impose un cessez le feu.

Les bénévoles trient les vêtements
Les bénévoles trient les vêtements © Radio France - Gérard Fourgeaud

Des dizaines de milliers de réfugiés qu'il faut aider

À Grenoble, la Maison de la culture arménienne a déjà recueilli dix tonnes de vêtements et de médicaments. "A cela s'ajoute les dons des particuliers : 40.000 euros, raconte Daniel Marandjian, son président. Et un appel est lancé aux entreprises aussi. Il s'agit de trouver des fonds pour la reconstruction." Il est reconnaissant au gouvernement pour l'aide technique. "L'État français affrète des avions spéciaux." Des bénévoles se relaient tous les jours  pour trier, les vêtements. "_Cela me fait penser au tremblement de terre de 1988,  _dit Daniel Marandjian ça me fait penser un peu à çà. Cette pièce était remplie de vêtements."  

Les palettes pour Erevan
Les palettes pour Erevan © Radio France - Gérard Fourgeaud

Parmi les bénévoles, Astrigh Manoukian tient aussi à nous montrer des vidéos faites par les soldats azéris qui se vantent de tortures sur les Arméniens. Le vocabulaire qu'ils emploient est du même ordre que celui des Nazis contre les juifs.  En France beaucoup de parlementaires réclament une enquête internationale pour crime de guerre contre l'Azerbaïdjan.

Le reportage de Gérard Fourgeaud

Et mercredi 25 novembre, le Sénat a voté à une imposante majorité pour que la France reconnaisse l'indépendance de l'Artsakh. Parmi les auteurs du texte, le sénateur écologiste isérois Guillaume Gontard. Les républicains Frédérique Puissat et Michel Savin et le socialiste André Vallini ont voté pour. Mais Didier Rambaud, LREM s'est abstenu préfigurant la position du gouvernement français qui depuis 1991  sous Mitterrand, Chirac,  Sarkozy, Hollande et Macron, ne veut pas être le premier pays de la planète à reconnaître cette indépendance. 

Les collectivités iséroises interviennent

La métropole de Grenoble a voté une subvention de 20.000 euros. Des discussions sont en court entre les villes de Grenoble et Sevan,  sa ville jumelle en Arménie pour envoyer de l'aide. Le département de l'Isère et la ville de Vienne sont en lien avec les élus de la région d'Hadrout, désormais occupée par l'Azerbaïdjan. 

Dans une conférence de presse, il y a deux semaines avec avec tous les partis politiques français, la maison de la culture arménienne a lancé un appel pour les collectivités locales demandent que la France reconnaissance l'enclave arménienne de l'Artsakh, comme une autorité politique indépendante. Gières est la première commune iséroise a l'avoir fait. La collecte continue se poursuit tous les jours à la Maison de la Culture Arménienne de Grenoble, 15 cours de la Libération.

-
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess