International

11 septembre : le souvenir douloureux d'un Marseillais

Par Rosalie Lafarge, France Bleu Provence dimanche 11 septembre 2016 à 11:26

Le 11 septembre 2001 à New York
Le 11 septembre 2001 à New York © Maxppp - Hubert Boesl

Le 11 septembre 2001, deux avions s'encastraient dans les tours jumelles de New York (2.753 morts). Un troisième s'écrasait sur le Pentagone (184 morts). Un quatrième s'écrasait dans un champ (40 morts). Claudio s'en souvient comme si c'était hier. Ce Marseillais vivait alors à New York.

Claudio habite aujourd'hui Marseille. Il est chef du restaurant Emilio. Mais il y a 15 ans, il vivait aux Etats-Unis et travaillait dans l'une des deux tours du World Trade Center de New York.

"Chaque année, le 11 septembre, on s'en souvient. Mais en fait, on le vit quotidiennement. C'est un événement qu'on ne peut pas oublier, car à ce moment là, j'aurais du être dans mon bureau, au 89e étage de la première tour."

"Au moment de l'attaque, j'aurais du être dans mon bureau, au 89è étage" - Claudio

Il doit la vie à son chat

"C'est un vrai miracle d'être encore là aujourd'hui". Et parfois, les miracles tiennent à peu de choses. À un chat en l'occurrence. "Quelques semaines avant, dans notre petit jardin, un chaton est arrivé. Il a décidé de rester chez nous, a gratté la porte pour entrer, ma femme a craqué et on l'a gardé", raconte Claudio.

Le couple décide de faire opérer la petite chatte et prend rendez-vous chez le vétérinaire le 11 septembre 2001, dans la matinée. Mais ce jour là, l'animal s'échappe, et Claudio décale donc le rendez-vous à l'après-midi.

"Sans ce petit chat, je ne pourrais pas vous parler aujourd'hui, je serais mort" - Claudio

"Sans cette chatte, je ne pourrais pas vous parler aujourd'hui, je serais mort. On veut croire ou ne pas croire, le hasard ou pas le hasard. Ma femme et moi on a quand même le sentiment que ce chat a été envoyé pour nous sauver."

Mais cela n'empêche que la tristesse de Claudio reste immense car, avec sa femme, ils ont perdu de nombreux amis et connaissances le 11 septembre 2001. Et même si cela fait neuf ans qu'ils sont rentrés à Marseille, "notre cœur est toujours à New York".

À cette date précise, l'émotion est particulière

"Je pense que c'est vrai pour des millions de gens, ajoute-t-il. _Pas seulement parce qu'ils étaient sur place, pas seulement les New-Yorkais, pas seulement les Américains (...) parce que c'est une attaque inimaginable, et même si on vit aujourd'hui aussi des choses affreuses, ces attentats étaient la plus grande surprise au monde". _Et Claudio s'en souvient parfaitement :

"C'était une journée belle comme ce dimanche à Marseille, avec du soleil. C'était pareil à New York, une journée splendide. Qui aurait pu imaginer que quelques minutes après, notre vie basculerait ? Ce sont des choses qu'on n'oubliera jamais, jusqu'à la fin de notre vie sur cette terre."

"Jusqu'à la fin de nos jours sur cette terre, on ne l'oubliera jamais" - Claudio