Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International DOSSIER : Jean-Pierre Marongiu, le Mosellan emprisonné durant plus de 4 ans au Qatar

50.000 euros pour être libéré : un Mosellan en prison au Qatar demande l'aide de la France

vendredi 27 avril 2018 à 19:49 Par Cécile Soulé, France Bleu Lorraine Nord

Emprisonné au Qatar depuis 4 ans et demi pour des chèques sans provision - une affaire dans laquelle il clame son innocence - Jean-Pierre Marongiu, entrepreneur français, demande à la France de payer 50.000 euros pour sa libération, une somme qu'il est prêt à rembourser.

Jean-Pierre Marongiu dans sa cellule de prison au Qatar
Jean-Pierre Marongiu dans sa cellule de prison au Qatar

Metz, France

Le Mosellan Jean-Pierre Marongiu en prison au Qatar depuis septembre 2013 en appelle à l'Etat français pour être libéré. Emprisonné pour des chèques sans provision alors qu'il dénonce une machination de son ancien associé qatari, cet entrepreneur français a encore 2 ans à purger. 

Mais il pourrait être libéré tout de suite à condition de payer 50.000 euros au Qatar. Une somme que Jean-Pierre Marongiu n'a pas mais qu'il propose de rembourser si la France avance l'argent pour lui. Pour l'instant, il a reçu une réponse négative.  

Aujourd'hui, il me reste 50.000 euros à payer, j'attends du gouvernement français qu'il m'aide à réunir cette somme

Par l'intermédiaire d'un ami, France Bleu Lorraine a pu joindre Jean-Pierre Marongiu par téléphone à la prison centrale de Doha : "Aujourd'hui, il me reste 50.000 euros à payer, j'attends du gouvernement français qu'il m'aide à réunir cette somme. La demande a été faite au consul de France et un non catégorique m'a été donné. Je ne sais plus quoi faire ni à qui m'adresser. Je voudrais rappeler à M. Macron que la démocratie, c'est pour tous, ou alors c'est pour personne. Et il semblerait que je sois devenu personne".  

Le reportage de Cécile Soulé

La France, qui, rappelle-t-il, n'a pas fait grand chose pour le sortir de cette situation, après un procès bâclé et sans traducteur. Depuis toutes ces années, Jean-Pierre Marongiu se dit innocent et affirme que c'est son ancien associé qatari qui l'a asphyxié financièrement, avec ces chèques sans provision qui lui ont valu cette sévère condamnation à 7 ans de prison, loin de sa femme et de ses deux enfants revenus vivre à Metz. L'entrepreneur mosellan va quand même reformuler sa demande auprès du consul français qui lui rend visite, il est prêt à rembourser les 50.000 euros s'il quitte enfin le Qatar.

Il lance également un appel au don avec son comité de soutien. Jean-Pierre Marongiu avait aussi demandé auparavant de pouvoir purger la fin de sa peine en France, mais cela lui a été refusé par les autorités qatari.