Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

70 ans après le 8 mai 1945, un Allemand vit toujours à Saint-Étienne

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Hans Goldenstedt a 90 ans. C'est un ancien soldat de la Wehrmacht qui est finalement resté à Saint-Étienne après la fin de la guerre. Pour un travail et pour une femme...

Hans Goldenstedt
Hans Goldenstedt © Radio France - Léo Tescher

Nous fêtons cette année le 70eme anniversaire de la fin de la Seconde Guerre Mondiale et de la capitulation allemande. Preuve de la réconciliation des deux pays, aujourd'hui quelques allemands vivent en France.

Hans Goldenstedt est l'un d'eux. Sans aucun doute, l'un des plus vieux Allemands à résider en France. Il est même Stéphanois depuis plus de 70 ans, puisqu'il y habite depuis 1944. Son histoire est incroyable, il est la mémoire vivante de l'amitié franco-allemande.

Hans est né en 1925 à Brême. En 1944, à l'âge de 19 ans, il est appellé sur le front belge avec la Wehrmacht. Il dit n'avoir jamais tiré un coup de fusil puisque, très vite, il est victime d'un accident de la circulation... Hans est hospitalisé. 

À cette période, il se fait évacuer vers la France puisque la Belgique est en train d'être libérée. Il arrive donc à Thonon-les-Bains, en Haute-Savoie. C'est là-bas qu'il est fait prisonnier militaire. Quelques mois après, il est transféré au camp de prisonniers de guerre de l'Étivalière à Saint-Étienne, dans la Loire.Là, il doit travailler pour les mines de la proche région. Ayant suivi des études d'ingénieurs en Allemagne, il se révèle doué pour la mécanique. En 1948, alors qu'il est libre de retourner dans son pays, on lui propose un travail. Brême, sa ville natale, a été rasée par les bombes. Il accepte donc de rester à Saint-Étienne. Là où très peu de temps après il rencontrera sa femme, Anne-Marie. 

Allemands de la Loire BOB 2 (8 mai)

Cela fait donc 71 ans qu'Hans habite à Saint-Étienne. Depuis 1959, il n'est même plus Allemand puisqu'il a été naturalisé français. "Heureux" de la décision qu'il a prise de rester en France. Il ne l'a "jamais regrettée" .