Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Algérie : Abdelaziz Bouteflika renonce à un cinquième mandat, l'élection présidentielle reportée

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a annoncé, ce lundi soir, qu'il renonçait à briguer un cinquième mandat. Depuis plusieurs semaines, les Algériens manifestent massivement contre sa candidature à un nouveau mandat. L'élection présidentielle, qui devait se tenir le 18 avril, est reportée.

Abdelaziz Bouteflika en 2017.
Abdelaziz Bouteflika en 2017. © AFP - RYAD KRAMDI

Les manifestants algériens, qui protestent depuis plusieurs semaines contre la candidature d'Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat, ont obtenu gain de cause : le président a annoncé, ce lundi soir par communiqué, qu'il ne briguera pas un nouveau mandat. Il indique également que l'élection présidentielle qui devait avoir lieu le 18 avril prochain est reportée. Abdelaziz Bouteflika est rentré dans son pays ce dimanche, après deux semaines d'hospitalisation à Genève, en Suisse.

Bouteflika toujours président après la fin de son mandat actuel ?

La future élection présidentielle se tiendra "dans le prolongement d'une conférence nationale" chargée de réformer le système politique et d'élaborer un projet de Constitution d'ici fin 2019. Cette nouvelle Constitution sera soumise à un référendum. En s'engageant dans ce texte "à remettre les charges et les prérogatives de président de la République au successeur que le peuple algérien aura librement élu", Bouteflika indique implicitement qu'il restera chef de l'Etat à l'expiration de son mandat le 28 avril 2019.

Le Premier ministre démissionne

Dans la foulée de cette annonce, le Premier ministre algérien, Ahmed Ouyahia, a présenté sa démission. Il a été immédiatement remplacé par Noureddine Bedoui, jusqu'ici ministre de l'Intérieur. Il est chargé de former le nouveau gouvernement.

La France "salue" sa décision

Dans un communiqué, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian "salue" la décision du président algérien de ne pas briguer un cinquième mandat, et de "prendre des mesures pour rénover le système politique algérien". "Au lendemain des grandes manifestations, qui se sont déroulées dans le calme et la dignité à travers toute l'Algérie, la France exprime l'espoir qu'une nouvelle dynamique à même de répondre aux aspirations profondes du peuple algérien puisse s'engager rapidement", ajoute le chef de la diplomatie française.

Vingt ans de pouvoir 

Bouteflika, 82 ans, au pouvoir depuis 1999, avait décidé dans un premier temps de se porter candidat à sa propre succession malgré une santé fragile depuis qu'il avait été victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC) en 2013. Cette décision a entraîné depuis trois semaines de très importantes manifestations pacifiques en Algérie.

  - Visactu
© Visactu -
Choix de la station

France Bleu