Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Les manifestations anti Bouteflika vues d'Orléans : "il fallait que les gens sortent dans la rue"

dimanche 3 mars 2019 à 21:37 Par Antoine Denéchère, France Bleu Orléans

Les manifestations contre un cinquième mandat d'Abdelaziz Bouteflika se poursuivent en Algérie mais aussi en France (à Paris, Lyon, Marseille ce dimanche). A Orléans, la diaspora algérienne suit ces événements de très près : "on soutient la mobilisation, évidemment".

Rassemblement à Paris ce dimanche en soutien aux manifestations en Algérie
Rassemblement à Paris ce dimanche en soutien aux manifestations en Algérie © Maxppp -

Orléans, France

Younes, 24 ans, a la nationalité algérienne et vit à Orléans depuis cinq ans. Il suit l'actualité en Algérie "tous les jours" par les réseaux sociaux principalement, et en étant en contact régulier avec ses proches et sa famille, dans la région d'Oran. Younes n'a "pas encore eu l'occasion" de participer à une manifestation à Paris,  en soutien aux Algériens mobilisés contre un cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika.

Il fallait que les gens sortent dans la rue"

Mais Younes est favorable "évidemment" à cette mobilisation en Algérie. "Il fallait que les gens sortent dans la rue. Ils sont contre ce que le gouvernement actuel propose. Le Monsieur, on va dire qu’il est très malade et _aujourd’hui, il ne peut pas remplir ses fonctions correctement_" explique le jeune algérien à propos du président Bouteflika, 82 ans, affaibli par un accident vasculaire cérébral en 2013. 

Comment peut-on lui confier les rênes de tout un pays ?"

"On va pas se mentir : quelqu’un qui a fait un AVC, qui est aujourd’hui dans un fauteuil, qui ne peut ni bouger, ni parler, ni rien, on ne peut même pas lui confier une cuisine ! Comment peut-on lui confier les rênes de tout un pays ?", interroge le jeune orléanais, slameur de son état.

Younes, orléanais depuis cinq ans, de nationalité algérienne - Radio France
Younes, orléanais depuis cinq ans, de nationalité algérienne © Radio France - Antoine Denéchère

Plus prudent dans ses propos, Malik Arbaoui, président de l'association Solidarité Loiret Algérie (ASLA), n'en apporte pas moins son soutien aux algériens mobilisés dans la rue, même s'il rappelle que l'association, fondée il y a 25 ans pendant les "années noires" du terrorisme en Algérie, n'est "pas politique". Malik Arbaoui "rend hommage aux jeunes et aux femmes qui, comme souvent, maintiennent l'Algérie debout" et se félicite de "la dignité " et de "la non-violence du peuple algérien" : "les jeunes n'ont plus peur de descendre dans la rue."

Malik Arbaoui  - Radio France
Malik Arbaoui © Radio France - Antoine Denéchère