Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Allemagne: Merkel échoue à former son 4ème gouvernement et inquiète l'Europe

lundi 20 novembre 2017 à 19:39 Par Anja Vogel, France Bleu

L'Allemagne traverse une crise politique sans précédent. Deux mois après les législatives, la chancelière Angela Merkel a échoué à former un gouvernement; les libéraux ont claqué la porte des négociations. De nouvelles élections ne sont pas à exclure même si le président n'en veut pas pour l'instant

Après l'échec des négociations pour former une coalition gouvernementale tripartite, la chancelière allemande privilégie des élections anticipées
Après l'échec des négociations pour former une coalition gouvernementale tripartite, la chancelière allemande privilégie des élections anticipées © Maxppp - CHRISTIAN BRUNA

En près de 70 ans d'existence, depuis la naissance de la République Fédérale d'Allemagne en 1949, jamais le pays ne s'était retrouvé sans majorité pour gouverner après une élection. Les législatives ont eu lieu le 24 septembre, et après toutes ces semaines de négociations, les conservateurs chrétiens-démocrates d'Angela Merkel, les libéraux et les écologistes n'ont pas réussi à s'entendre. Une nouvelle fois, il n'y aura donc pas de coalition "Jamaïque". Trop de différends entre les Verts et le FDP, notamment sur la question migratoire; surtout que les libéraux penchent de plus en plus vers l'extrême droite. Qui elle évidemment se réjouit.

C'est un échec pour Angela Merkel mais la chancelière peut s'en remettre

D'autant plus que cet échec historique est tout relatif, il s'agit là de son quatrième gouvernement. Et elle compte bien diriger 4 années de plus. Elle ne pense pas que le FDP reviendra à la table des négociations, les sociaux-démocrates ont redit qu'ils ne participeraient plus à une grande coalition avec les chrétiens-démocrates, elle exclut toute coalition avec l'extrême-droite... et n'est pas favorable à un gouvernement minoritaire. Pour Angela Merkel la meilleure solution serait d'organiser des élections anticipées. Or le président Frank-Walter Steinmeier, dont l'une des rares prérogatives est justement de pouvoir dissoudre la chambre des députés, l'exclut pour l'instant. Il veut que la chancelière exploite toutes les possibilités pour former une coalition, appelle à la responsabilité, exige une reprise des négociations, et rencontrera notamment le SPD, dont le dirigeant Martin Schulz est plutôt favorable lui aussi à de nouvelles élections après son mauvais score. Mais rien ne garantirait un résultat différend, sauf peut-être un nombre de sièges encore plus important pour l'extrême droite.

Une incertitude qui inquiète les Européens et pourrait freiner les réformes prévues

En affaiblissant Berlin, cette crise prive l'Union de son moteur le plus puissant et Paris de son principal partenaire; Emmanuel Macron ne pourra faire aboutir les réformes seul. D'où l'appel de l'Elysée à ce que l'Allemagne reste "stable et forte pour avancer ensemble". La Commission européenne n'en doute pas: "La Constitution allemande offre la base pour que la stabilité et la continuité restent assurées, aussi à la lumière des leçons du passé".

ECOUTER AUSSI la chronique Tous Européens