Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International
Dossier : Le G7 à Biarritz

Incendies en Amazonie : le G7 débloque une aide d'urgence de 20 millions de dollars

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Ce lundi lors du G7 à Biarritz, Emmanuel Macron et le président chilien Sebastian Piñera ont promis une aide d'urgence de 20 millions de dollars pour envoyer des avions bombardiers d'eau lutter contre les feux de forêts en Amazonie. Le groupe LVMH a également annoncé un don de 10 millions d'euros.

Les feux ravagent l'Amazonie depuis le début de l'été.
Les feux ravagent l'Amazonie depuis le début de l'été. © AFP - LULA SAMPAIO

Le G7 a promis ce lundi, pendant le sommet de Biarritz, une aide d'urgence de 20 millions de dollars pour envoyer des canadairs afin de lutter contre les feux de forêts qui sévissent depuis le début de l'été. 

Un plan de reforestation

En plus de la flotte aérienne, le G7 est tombé d'accord sur des aides à moyen terme destinées à la reforestation. Elles seront finalisées fin septembre lors de l'Assemblée générale de l'ONU. Il faudra néanmoins l'accord du Brésil et faire un travail étroit avec les ONG et les populations locales. 

Cette "initiative pour l'Amazonie" a été annoncée à l'issue d'une session du sommet du G7 dédiée à l'environnement, au cours de laquelle a été abordée la situation en Amazonie, source de vives inquiétudes sur le plan international. 

Macron a rencontré le chef indien Raoni 

Ce lundi soir, le président Emmanuel Macron a rencontré le chef indien Raoni, figure de la lutte contre la déforestation en Amazonie. "On a parlé avec le président Macron de beaucoup de sujets et nous avons eu une bonne discussion", a dit le chef indien lors d'une conférence de presse à Bidart, près de Biarritz. _"J'ai demandé au président Macron qu'il nous aide à préserver nos terres". "Il va convaincre les chefs d'Etat d'aider l'Amazonie avec les incendies et l'état critique de la forêt", a dit le chef du peuple kayapo,âgé de 89 ans. Selon lui, c'est le président brésilien Jair Bolsonaro qui "incite les fermiers et les entreprises minières à mettre le feu à l'Amazonie". Vendredi dans un entretien à l'AFP, Raoni avait demandé l'aide de la communauté internationale pour contribuer à "faire partir le plus vite possible" Bolsonaro. "C'est lui en vérité qui crée les problèmes, qui accentue ces destructions, ces incendies, l'exploration minière. C'est lui qui est en train de coloniser (l'Amazonie), et pas Macron"._

Une priorité pour Emmanuel Macron

Le président français, Emmanuel Macron, a déclaré vouloir faire de la situation en Amazonie une des priorités du sommet de Biarritz. Samedi, il a appelé à "une mobilisation de toutes les puissances" pour lutter contre le feu et reboiser. 

"Nous devons répondre à l'appel de la forêt qui brûle aujourd'hui en Amazonie de manière très concrète", a-t-il ajouté, après avoir mis en cause le président brésilien Jair Bolsonaro et sa gestion de la crise. Pour l'Élysée, Bolsonaro a menti quant à ses engagements en matière d’environnement. Sous la pression internationale, le Brésil est entré en action dimanche en envoyant deux avions ce dimanche en Amazonie. 

Selon les derniers chiffres, 79.513 feux de forêt ont été répertoriés au Brésil depuis le 1er janvier, dont un peu plus de la moitié en Amazonie. 

Le groupe LVMH débloque 10 millions d'euros 

Le groupe de luxe français LVMH a également annoncé ce lundi qu'il allait donner 10 millions d'euros pour soutenir la lutte contre les incendies en Amazonie. C'est la moitié de la somme promise par les pays du G7. L'entreprise précise dans un communiqué qu'elle a "décidé de s'associer à cette démarche en contribuant à hauteur de 10 millions d'euros à ce qui doit être un effort collectif".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu