Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International DOSSIER : Les 500 ans de la Renaissance en Centre-Val de Loire

Emmanuel Macron invite son homologue italien au château d'Amboise le 2 mai 2019

lundi 4 mars 2019 à 8:09 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine et France Bleu

Après les tensions entre la France et l'Italie ces dernières semaines, Emmanuel Macron joue l'apaisement. Il a invité son homologue italien à venir célébrer au château d'Amboise les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci, le 2 mai prochain.

Le chef de l'Etat a invité son homologue italien pour faire cesser les tensions entre les deux pays
Le chef de l'Etat a invité son homologue italien pour faire cesser les tensions entre les deux pays © Maxppp - Riccardo De Lucca/Maxppp

Amboise, France

Emmanuel Macron a lancé ce dimanche à la télévision italienne un appel à la réconciliation, rapporte l'AFP, et annoncé que son homologue italien Sergio Mattarella viendrait célébrer le 2 mai à Amboise (Indre-et-Loire) les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci.

Le chef de l'Etat a expliqué qu' "il y a eu des propos excessifs. Il y a des péripéties aujourd'hui". "Moi, je pense que ce que nous devons à nos peuples, à notre histoire et à l'Europe, c'est d'aller au-delà", a plaidé Emmanuel Macron à propos des tensions entre Rome et Paris qui ont culminé le mois dernier avec le rappel provisoire de l'ambassadeur de France en Italie. Emmanuel Macron a donc annoncé qu'il recevrait Sergio Mattarella le 2 mai à Amboise et à Chambord, deux célèbres châteaux de la Loire, "avec la jeunesse française et italienne". "On parlera d'avenir et d'Europe", a-t-il ajouté.  

Emmanuel Macron a joué l'apaisement

Le Président français, qui souhaite l'apaisement avec l'Italie, s'est gardé d'évoquer les sujets qui fâchent comme le soutien des dirigeants populistes italiens au mouvement de protestation des "gilets jaunes" ou la fusion entre les Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France) et Fincantieri.  Il a en revanche longuement parlé de son amour pour l'Italie, de ses voyages, de ses lectures, de Naples. En Italie, l'interview a provoqué la polémique avant même sa diffusion : Emmanuel Macron a choisi de répondre à Fabio Fazio, l'une des bêtes noire du vice-Premier ministre Matteo Salvini (extrême droite) et des souverainistes qui le considèrent comme l'archétype du journaliste "bobo". 

Pendant l'entretien, le président français a aussi cité l'écrivain Roberto Saviano, l'un des critiques les plus virulents de M. Salvini, et fustigé "la simplification du message de certains nationalistes".  "Aucun pays, aucun en Europe, ni l'Italie, ni la France, ne règlera les problèmes qui sont les siens en s'opposant aux autres pays européens et en se repliant juste sur le plan national", a-t-il insisté.