Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Argentine : le Sénat rejette la légalisation de l'avortement

jeudi 9 août 2018 à 10:30 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Les sénateurs argentins ont rejeté, ce jeudi, la légalisation de l'avortement dans le pays, malgré une forte mobilisation des organisations féministes et alors que le projet de loi avait été approuvé par les députés en juin.

Malgré une grande mobilisation pour sa légalisation, l'avortement restera interdit en Argentine.
Malgré une grande mobilisation pour sa légalisation, l'avortement restera interdit en Argentine. © AFP - Gustavo Basso/NurPhoto

Le 9 août ne restera pas dans l'histoire de l'Argentine comme la date de la légalisation de l'avortement. Les sénateurs argentins ont rejeté, ce jeudi, la légalisation de l'avortement dans le pays du pape François, mettant un terme aux espoirs des organisations féministes, alors que le projet de loi avait été approuvé par les députés en juin. 

Trente-huit sénateurs ont dit "non" au texte autorisant l'IVG pendant les 14 premières semaines de grossesse, 31 ont voté en faveur et deux se sont abstenus, selon les résultats officiels qui se sont affichés sur l'écran géant du Sénat.

Larmes et incidents à Buenos Aires 

Des incidents isolés ont éclaté après l'annonce des résultats du vote. Sur la place du Congrès de Buenos Aires, les mines des militants pro-IVG étaient dépitées, les larmes coulaient sur les visages des partisans de la légalisation de l'avortement. Ces deux dernières années, les mouvements féministes avaient donné un élan considérable à la revendication du droit à l'avortement en Argentine, conduisant le président argentin de centre-droit Mauricio Macri à ouvrir le débat au parlement, pour la première fois de l'histoire du pays sud-américain. Il est pourtant opposé à l'IVG.

Le vote a en revanche  été accueilli par des feux d'artifice et des cris de joie parmi les militants anti-IVG rassemblés à Buenos Aires devant le parlement, où se déroulaient les débats.

500.000 avortements par an dans le pays 

D'après les estimations, 500.000 avortements sont pratiqués chaque année en Argentine, dans des cliniques privées ou dans des conditions d'hygiène très précaires selon la situation économique. Le "non" l'ayant emporté, il faudra probablement attendre 2020 avant que la question de l'avortement puisse de nouveau être examinée par le parlement. 

  - Visactu
© Visactu -