Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Attaque de Toronto : les femmes ciblées par l'assaillant ?

mercredi 25 avril 2018 à 8:11 Par Marine Laugénie, France Bleu

Le chauffeur de la camionnette qui a tué dix piétons et en a blessé quatorze autres à Toronto lundi a été inculpé de meurtres avec préméditation. Les premiers éléments de l’enquête tendent à démontrer qu'il nourrissait une rancœur contre les femmes.

L' attaque dans les rues de Toronto a fait 10 morts et 14 blessés selon un dernier bilan
L' attaque dans les rues de Toronto a fait 10 morts et 14 blessés selon un dernier bilan © AFP - Creative Touch Imaging Ltd / NurPhoto

Paris, France

Le profil du suspect de l'attaque de Toronto se précise. Alek M. était un homme renfermé, et qui a priori détestait les femmes. Quelques minutes avant de foncer sur la foule, il a posté un message énigmatique sur son compte Facebook :

La rébellion des Incels a déjà commencé" - Le message Facebook d'Alek M.

Le terme "incel" est une abréviation anglophone pour "involontairement célibataire". Ce sont des hommes très actifs sur internet, qui passent leur temps à haïr les femmes sur des forums. Ce qui les rassemble : tenir les femmes pour uniques responsables de leur insatisfaction sexuelle. 

Un homme "socialement mal à l'aise"

Les enquêteurs dressent le portrait d'un homme renfermé souffrant de TOC ( trouble obsessionnel compulsif ). Selon des témoignages recueillis par des médias de Toronto, cet étudiant de 25 ans se tenait la plupart du temps en retrait ou restait seul à la cafétéria. L'année dernière, Alek M. a fait un bref passage dans les rangs de l'armée canadienne avant d'abandonner au bout de deux semaines seulement.