International

Attentat de Berlin : des Bordelais en séjour dans la capitale allemande racontent le jour d'après

Par Charlotte Jousserand, France Bleu Gironde et France Bleu mardi 20 décembre 2016 à 18:57

La porte de Brandebourg éclairée aux couleurs du drapeau allemand en hommage aux victimes de l'attentat
La porte de Brandebourg éclairée aux couleurs du drapeau allemand en hommage aux victimes de l'attentat © Maxppp - Paul Zinken

Après l'attentat de Berlin qui a fait au moins 12 morts et une cinquantaine de blessés, le conducteur du camion qui a foncé sur un marché de Noël de la capitale allemande serait toujours en fuite selon la police. Les Girondins en séjour à Berlin ne réalisent pas vraiment ce qui arrive.

A Berlin, pratiquement 24 heures après ce qui est désormais reconnu par les autorités allemande comme un attentat, le conducteur du camion serait toujours en fuite selon le chef de la police berlinoise. Lundi soir, il a foncé avec un poids-lourd sur un des marchés de Noël de la ville, celui situé près de l'Eglise du Souvenir à Berlin. Au moins 12 personnes sont mortes et une cinquantaine sont blessés selon le dernier bilan.

Jérôme est étudiant à Bordeaux, il est en vacances à Berlin pour quelques jours. Il était dans un bar lundi soir quand il a été prévenu de l'attaque par une alerte sur son téléphone portable. Autour de lui, la nouvelle s'est répandue lentement entre les tables, "il n'y avait pas de psychose ni de panique" raconte le jeune homme. Ensuite explique Jérôme : "quand on est rentré à l'hôtel, on a trouvé un mot de la direction qui nous demandait de dire si tout allait bien, de dire si on était en sécurité, ce que l'on a fait".

Les marchés de Noël fermés en mémoire des victimes

Jérôme essaye de faire "abstraction" de ce qui s'est passé. Il raconte : "On a évité d'aller dans le secteur où il y a eu l'attaque, en plus on sait qu'il va y avoir des commémorations et des rassemblements et puis on se tient à l'écart des médias. On sait que ce genre d'attaque cela peut arriver n'importe où à Paris à Berlin ou dans n'importe quelle autre ville, on essaye de pas y penser". Jérôme n'a pas remarqué une présence policière accrue dans les rues de la ville, les centres commerciaux fonctionnent normalement, par contre, il a observé que les drapeaux étaient en berne et que les marchés de Noël étaient fermés. La ville en compte une soixantaine, ils sont restés fermés ce mardi, par respect pour les victimes mais la plupart vont rouvrir ces prochains jours.

"Je ne réalise pas vraiment ce qui est arrivé"

Clément est bordelais, et en ce moment, il est en service civique à Berlin, il est volontaire dans une école en périphérie de la capitale. Le jeune homme a encore du mal à réaliser ce qui est arrivé : "On s'est promené à cet endroit il y a quelques jours avec mon cousin, j'avais même pris des photos, c'est choquant mais je réalise pas pour le moment". Clément en a parlé avec les professeurs de son école, et puis avec sa copine et ses cousins. "C'est la première fois que cela arrive en Allemagne, en France on s'est un peu habitué à ce genre d’événement. Ici les gens sont relax. Dans les transports ou dans les rues, je n'ai pas remarqué de différences de comportement ou d'attitudes. Il n'y a pas plus de policiers non plus. En tout cas, ils ne sont pas visibles."