International

Attentat de Berlin : le suspect tunisien de 24 ans, a été abattu par la police italienne

Par France Bleu, France Bleu mercredi 21 décembre 2016 à 11:48 Mis à jour le jeudi 22 décembre 2016 à 17:33

Anis Amir, un ressortissant tunisien de 24 ans, est soupçonné d'être l'auteur de l'attentat du 19 décembre à Berlin
Anis Amir, un ressortissant tunisien de 24 ans, est soupçonné d'être l'auteur de l'attentat du 19 décembre à Berlin © AFP - DPA

Les autorités italiennes confirment ce vendredi qu'Anis Amri, l'homme suspecté d'avoir commis l'attentat qui a fait 12 morts sur un marché de Noël de Berlin, a été abattu, à Milan. Ses empreintes avaient été retrouvées dans le camion.

Anis Amri, le chauffeur présumé du camion-bélier qui a tué douze personnes et blessé 48 autres sur un marché de Noël à Berlin lundi soir, a été abattu dans la nuit de jeudi à vendredi à Milan, au nord de l'Italie, selon le gouvernement italien. Les empreintes de l'homme abattu sont bien celles d'Anis Amri, retrouvées dans le camion-bélier.

À LIRE AUSSI ►►► Attentat de Berlin : Anis Amri, le principal suspect, abattu en Italie

Le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière, a précisé ce jeudi que les autorités disposaient "de nouveaux éléments permettant de penser que le suspect recherché est bel et bien l'auteur de l'attentat". Des empreintes digitales et "d'autres éléments" étayant cette thèse ont été retrouvés dans la cabine du chauffeur.

Le parquet anti-terroriste allemand a lancé mercredi un avis de recherche dans toute l'Europe pour retrouver Anis Amri, un ressortissant tunisien de 24 ans, décrit comme "dangereux et armé".

 Anis Amir est recherché partout en Europe. - Sipa
Anis Amir est recherché partout en Europe. © Sipa - AP/SIPA

Principal suspect dans l'enquête sur l'attentat qui a fait 12 morts à Berlin lundi soir, Anis Amri est arrivé en juillet 2015 en Allemagne comme demandeur d'asile. La police a retrouvé sa pièce d'identité sous le siège du chauffeur du camion, un Polonais qui a été retrouvé mort dans la cabine du véhicule.

Connu des services anti-terroristes allemands

Suspecté de préparer un cambriolage pour financer l'achat d'armes automatiques et un attentat l'homme avait été signalé en novembre au centre allemand de lutte contre le terrorisme. Mais faute de preuves, il n'a pas été arrêté.

"L'avis de recherche a été émis (...) pour l'Allemagne mais aussi pour l'espace Schengen, c'est-à-dire en Europe" a précisé le ministre de l'Intérieur allemand, Thomas de Maizière, mercredi. Le ministère de l'Intérieur français a demandé aux préfets de "prendre toute mesure utile pour renforcer sans délai les contrôles à la frontière franco-allemande".

A LIRE AUSSI ►► Attentat de Berlin : les autorités allemandes critiquées pour avoir laissé filer le suspect

Attentat revendiqué par le groupe Etat islamique

Le groupe djihadiste Etat islamique a revendiqué mardi, par le canal de son agence de propagande Amaq, l'attaque au camion-bélier : "celui qui a mené à bien l'opération à Berlin est un soldat de l'Etat islamique et il l'a réalisée en réponse aux appels lancés pour que soient visés les ressortissants des pays de la coalition".

Le ministre allemand de l'Intérieur a néanmoins indiqué que l'enquête s'orientait vers plusieurs pistes et assuré que "personne ne relâchera l'effort tant que l'auteur ou les auteurs (de l'attaque) n'auront pas été capturés". Les mesures de sécurité ont été renforcées dans la capitale allemande.

  - Visactu
© Visactu -

Le marché attaqué a rouvert ses portes jeudi matin. Mardi, la chancelière allemande Angela Merkel s' était rendue sur les lieux, au pied de l'église du Souvenir, avec certains de ses ministres. Tous ont participé à une minute de silence, avant de visiter le site recouvert de débris et de signer un livre de condoléances.

Angela Merkel s'est rendue sur les lieux du drame ce mardi après-midi. - AFP
Angela Merkel s'est rendue sur les lieux du drame ce mardi après-midi. © AFP - Hannibal Hanschke

Le scénario rappelle l’attentat du 14 juillet à Nice

Le scénario rappelle l'attentat du 14 juillet à Nice où 86 personnes ont trouvé la mort lorsqu'un poids lourd conduit par Mohamed Lahouaiej Bouhlel avait foncé dans la foule venue assister au feu d'artifice de la fête nationale. L'organisation terroriste Etat islamique s'était attribuée la responsabilité du carnage.

A LIRE AUSSI ►► La douleur des victimes de l'attentat de Nice après l'attaque du camion à Berlin