Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Attentat de New York : l'auteur de l'attaque "lié à l'État islamique", le suspect pourrait être envoyé à Guantanamo

mercredi 1 novembre 2017 à 8:18 - Mis à jour le mercredi 1 novembre 2017 à 18:19 Par Julien Baldacchino, France Bleu

Au lendemain de l'attentat qui a fait huit morts et 11 blessés mardi à New York, les enquêteurs ont donné des informations sur l'auteur présumé de l'attaque, hospitalisé. Selon le gouverneur de l'État de New York, il était "lié à l'État islamique". Le suspect pourrait être envoyé à Guantanamo.

La camionnette avec laquelle l'auteur de l'attentat de New York a tué huit personnes et en a blessé onze autres mardi.
La camionnette avec laquelle l'auteur de l'attentat de New York a tué huit personnes et en a blessé onze autres mardi. © AFP - Jewel SAMAD

Plusieurs heures après l'attentat qui a fait huit morts, dont six étrangers, et onze blessés, à New-York mardi, on en sait un peu plus sur l'auteur de l'attaque à la camionnette. Il s'agit d'un homme de 29 ans originaire d'Ouzbékistan, arrivé aux Etats-Unis en 2010. la police a indiqué ce mercredi qu'il n'avait jamais fait l'objet d'une enquête de la police de New York ou du FBI. "Le suspect a été interrogé à l'hôpital, mais nous ne pourrons pas vous donner des détails sur ce qu'il a dit", a précisé le responsable de la lutte anti-terroriste à la police de New-York. Le président américain Donald Trump a qualifié l'auteur de l'attentat "d'animal". Le gouverneur de l'État de New York a estimé de son côté qu'il s'agissait "d'un lâche perverti lié à l'État islamique".

La thèse du "loup solitaire" privilégiée

"C'est après qu'il est arrivé aux Etats-Unis qu'il a commencé à s'informer sur l'EI et l'islamisme radical", a ajouté le gouverneur, précisant qu'il n'y avait pour l'heure aucun signe qu'il n'ait pas agi seul ou que son acte fasse partie d'une opération toujours en cours ou d'autres projets d'attentat.

Le ministre ouzbek des Affaires étrangères a indiqué que l'Ouzbékistan était prêt à coopérer "avec tous ses moyens" à l'enquête. "La tragédie qui s'est produite confirme à nouveau la nécessité d'unir les efforts de toute la communauté internationale dans la lutte contre le défi de notre époque", a-t-il ajouté.

Pour la police, l'attentat a été commis au nom du groupe État islamique

L'homme bénéficiait du titre de séjour américain permanent, la "carte verte", et travaillait comme chauffeur pour Uber, a confirmé l'entreprise de VTC. Interpellé sur les lieux de l'attaque, il a été touché par balle et hospitalisé. Selon plusieurs médias, il a été opéré dans la soirée. Il a pu être interrogé par les enquêteurs, qui n'ont pas voulu divulguer ces échanges.

Dans son véhicule, loué dans l'Etat du New-Jersey où il vit, l'assaillant présumé a laissé un message d'allégeance au groupe terroriste Etat Islamique, ainsi que le drapeau de l'organisation, selon plusieurs médias américains. Des témoins ont indiqué qu'il avait crié "Allah Akhbar" en sortant du véhicule. Pour la police de New York, l'attentat a été perpétré au nom du groupe État islamique. "D'après l'enquête conduite cette nuit, il apparaît que le suspect planifiait ceci depuis plusieurs semaines. Il l'a fait au nom de l'EI et parmi les objets découverts sur les lieux se trouvait un message" manuscrit en arabe, citant l'EI, a expliqué le chef adjoint de la police new-yorkaise en conférence de presse. Mais pour l'heure, l'attaque n'a pas été revendiquée.

Le suspect bientôt envoyé à Guantanamo ?

Le président américain Donald Trump a évoqué la possibilité, ce mercredi, d'envoyer le suspect dans la prison de Guantanamo, créée par les États-Unis après les attentats du 11 septembre, et que son prédécesseur Barack Obama souhaitait fermer. Le président américain a qualifié mercredi d'"animal" l'auteur de l'attentat, appelant à un changement de politique sur l'immigration avec en particulier la fin du système d'attribution à la loterie des célèbres cartes vertes. "Nous devons êtres plus durs, nous devons être plus intelligents et nous devons être beaucoup moins politiquement corrects", a-t-il martelé depuis la Maison Blanche ce mercredi.

Bien qu'il n'y ait eu aucune revendication, le président Donald Trump a évoqué sans attendre Daesh, et a annoncé un renforcement du contrôle des étrangers souhaitant entrer aux Etats-Unis. "Nous ne devons pas permettre à l'EI de revenir ou d'entrer dans notre pays après les avoirs vaincus au Moyen-Orient et ailleurs. Assez!" a-t-il déclaré sur Twitter. S'il s'avère que l'attaque est un attentat djihadiste, ce sera le premier d'une telle gravité depuis son arrivée à la Maison Blanche.

"Une journée très difficile pour New York", le marathon de dimanche maintenu

Le maire de New-York, Bill de Blasio, qui joue sa réélection dimanche, a déclaré que "c'est une journée très difficile pour New York" mais "nous allons vivre nos vies et n'allons pas laisser le terrorisme l'emporter", selon le gouverneur de l'Etat de New York Andrew Cuomo. Bill de Blasio a annoncé que le marathon prévu dimanche dans la ville endeuillée est maintenu, et que la sécurité y sera renforcée. "Nous allons de l'avant et attendons avec impatience le marathon de dimanche. Il se déroulera comme prévu. Il sera protégé, comme il l'est toujours, et nous allons prendre des mesures de sécurité supplémentaires", a-t-il précisé. Plus de 50.000 coureurs doivent participer à cette course, l'un des marathons les plus prestigieux, qui attire des participants du monde entier.

Le bilan de l'attaque de mardi s'élève à huit morts, dont cinq Argentins et une Belge, et onze blessés dans un état "sérieux" mais pas critique. La camionnette de l'assaillant a foncé sur une piste cyclable.

  - Visactu
© Visactu -