Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International DOSSIER : Attentats en Espagne

Attentats en Espagne : une immense marche contre le terrorisme à Barcelone, le roi dans le cortège

samedi 26 août 2017 à 19:13 - Mis à jour le samedi 26 août 2017 à 21:29 Par Germain Arrigoni, France Bleu Roussillon et France Bleu

Une grande manifestation de "rejet du terrorisme" a réuni plus de 100.000 personnes samedi à Barcelone, avec la participation exceptionnelle du roi d'Espagne, en réaction aux attentats qui ont fait 16 morts en Catalogne.

Au centre, le roi Felipe VI est devenu le premier souverain espagnol à participer à une manifestation depuis le rétablissement de la monarchie en 1975
Au centre, le roi Felipe VI est devenu le premier souverain espagnol à participer à une manifestation depuis le rétablissement de la monarchie en 1975 © AFP - LLUIS GENE

"Je n'ai pas peur". Après le double attentat de Barcelone et de la station balnéaire de Cambrils commis les 17 et 18 août, revendiqué par Daech, plus de 100.000 personnes ont manifesté samedi à Barcelone avec la participation exceptionnelle du roi Felipe VI, pour dire leur "rejet du terrorisme" après les attentats qui ont fait 16 morts et 126 blessés en Catalogne.

Des roses rouges, jaunes et blanches - aux couleurs de la ville - étaient distribuées aux participants, qui scandaient "No tenim por", "nous n'avons pas peur" en catalan.

Une première pour le roi

Le roi Felipe VI est devenu le premier souverain espagnol à participer à une manifestation depuis le rétablissement de la monarchie en 1975. Il se positionnait cependant en retrait, plusieurs rangs derrière la banderole de tête, de même que le chef du gouvernement conservateur espagnol, Mariano Rajoy, et de très nombreuses personnalités politiques de tous les partis venues de Madrid et d'autres régions du pays.

A leur arrivée dans le cortège, Felipe VI et Mariano Rajoy ont dû essayer quelques huées et sifflets. De nombreux manifestants s'étaient aussi munis de drapeaux indépendantistes catalans. Alors que le torchon brûle depuis des mois entre le gouvernement espagnol et la région de Catalogne dirigée par des indépendantistes, la marche unitaire de Barcelone marquait toutefois une trêve.

Le tout premier rang était réservé aux "représentants des collectifs qui, dès la première minute, se sont occupés des victimes", selon le souhait de la mairie: policiers, pompiers, chauffeurs de taxis, commerçants ou habitants des Ramblas.

Plusieurs fleuristes de l'avenue des Ramblas - traditionnellement célébrées comme des personnages emblématiques de Barcelone - avaient ainsi été invitées à marcher en tête de cortège.

Le 17 août, une camionnette y a foncé sur les promeneurs. Treize sont morts et plus de 120 personnes d'une trentaine de nationalités ont été blessées. Les attentats au véhicule-bélier de Catalogne ont été perpétrés par six Marocains âgés de 17 à 24 ans ayant grandi ensemble dans une petite ville des Pyrénées catalanes. Tous ont été tués par la police.

  - Visactu
© Visactu -