Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Au départ de la Normandie, un câble électrique sous-marin va relier la France à l'Angleterre

RTE (réseau de transport d'électricité) et son homologue anglais installent un câble électrique sous-marin stratégique, long de 200 km entre la France (via la Normandie) et l'Angleterre. Le câble terrestre a été raccordé à celui déroulé en mer par un navire spécial ce lundi 20 mai.

Ce navire câblier est chargé de dérouler le câble sous la mer, sur 50 km dans un premier temps.
Ce navire câblier est chargé de dérouler le câble sous la mer, sur 50 km dans un premier temps. © Radio France - Esteban Pinel

Merville-Franceville-Plage, France

C'est un immense chantier qui a franchi une étape importante ce lundi 20 mai, au large de Merville-Franceville : l'installation d'un câble électrique sous marin reliant la France et l'Angleterre. Les techniciens ont procédé au raccordement du câble terrestre à celui déroulé en mer par un navire câblier. 

Pendant plusieurs heures, des plongeurs ont relié les deux câbles, préalable indispensable à la suite des opérations, qui verra le bateau dérouler la future ligne électrique sur 50 km. "Il y a quatre segments de 50 km. Au total, nous déployons 200 km. Chaque mètre de câble pèse 50 kg. C'est un chantier colossal", explique Gaëtan Desquilbet, président de IFA2, la société franco-anglaise en charge du projet.

Gaïtan Desquilbet, président de la société en charge du projet, devant le navire câblier.  - Radio France
Gaïtan Desquilbet, président de la société en charge du projet, devant le navire câblier. © Radio France - Esteban Pinel

IFA2 signifie "interconnexion France-Angleterre 2". Car une première interconnexion de ce type existe déjà, au niveau du Nord-pas-de-Calais, d'une capacité de deux gigawatt. "Celle qui nous installons sera de un gigawatt, soit environ les besoins d'un million de personnes, poursuit Gaëtan Desquilbet. Cela représente 1% des besoins maximum de la France dans les périodes fortes consommation, pendant les vagues de froid par exemple."

C'est l'enjeu de ce câble : quand la France aura besoin d'un surplus d'énergie, elle pourra en importer de l'Angleterre, et inversement. Autre avantage, l'électricité "propre" (éoliennes et autre) sera plus facile à partager. "Le vent ne souffle pas au même moment en France et en Angleterre. On pourra mieux se compléter grâce à cette interconnexion", expliquent les représentants de RTE (réseau de transport d'électricité) France.

Plus de maîtrise environnementale

L'entreprise publique finance ce projet avec son homologue anglais. Montant total : 800 millions d'euros. Ce chantier doit aussi favoriser une maîtrise environnementale de la production d'électricité. Au lieu que chaque pays sollicite chacun de son côté une centrale, polluante, France et Angleterre pourraient n'en démarrer qu'une seule, et partager sa production. 

Dernier enjeu, et non des moindres, cette complémentarité doit permettre aux consommateurs de bénéficier de prix accessibles. 

Les câbles vont donc être progressivement déroulés puis enterrés. Mise sous tension espérée en avril 2020.