International

Au Parlement de Strasbourg, le dalaï-lama favorable à une "critique constructive" de la Chine

Par France Bleu Alsace, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu jeudi 15 septembre 2016 à 12:30

Le dalai lama et Martin Schultz, le président du Parlement européen, ce jeudi 15 septembre, à Strasbourg.
Le dalai lama et Martin Schultz, le président du Parlement européen, ce jeudi 15 septembre, à Strasbourg. © AFP

Le dalaï-lama, en visite à Strasbourg ce jeudi matin, était au Conseil de l'Europe et au Parlement où il a appelé à une "critique constructive" de la Chine sur le dossier tibétain.

Le dalaï-lama est arrivé ce jeudi à Strasbourg pour sa première visite en France depuis cinq ans. Il y demeure jusque dimanche 18 septembre, notamment pour donner deux conférences au Zénith de Strasbourg ce week-end. Sa première matinée dans la capitale alsacienne constituait l'étape la plus politique de son séjour. En France depuis lundi, le dalaï lama n'a pas été reçu par les autorités françaises, manifestement soucieuses de ne pas froisser Pékin. Ce jeudi matin, le dalaï-lama a donc tenu à évoquer le dossier tibétain devant les eurodéputés.

Le dalaï-lama au Conseil de l'Europe, jeudi 15 septembre. - Aucun(e)
Le dalaï-lama au Conseil de l'Europe, jeudi 15 septembre. - Captures d'écran, conseil de l'Europe

"L'UE peut aider l'avenir de la Chine en prononçant une critique constructive, parfois nécessaire, à un moment où les dirigeants chinois, même partisans de la ligne dure, sont confrontés à une sorte de dilemme sur la façon de traiter ce problème", a expliqué le chef spirituel tibétain. Les remarques de l'Union européenne peuvent avoir un impact sur les dirigeants chinois, "pas comme dans les années 1960 ou 1970 où ils se moquaient de ce que pensait le monde extérieur".

A LIRE AUSSI > Huit questions naïves sur le bouddhisme et leurs réponses éclairées

Tout en soulignant qu'il avait pris sa retraite, le dalaï lama a exhorté les eurodéputés à parler de la question du Tibet avec les dirigeants chinois dès qu'ils en ont l'occasion et à se rendre sur place car "c'est une preuve précieuse (de soutien) pour le peuple tibétain"."Les Chinois devraient enfin comprendre que le problème doit être résolu de façon raisonnable car il ne va pas disparaître", a-t-il encore dit, tout en soulignant que "nous ne voulons pas être séparés, détachés de la Chine".

Un peu plus tard, le dalaï-lama a déjeuné avec le maire de Strasbourg, Roland Ries. Avant de poursuivre sa visite à Strasbourg ce jeudi après-midi en donnant une conférence à destination de la jeunesse.

Le dalaï-lama devait poursuivre sa visite à Strasbourg ce jeudi après-midi en donnant une conférence à destination de la jeunesse.

A LIRE AUSSI >  En Alsace, 30.000 personnes pratiquent la méditation bouddhiste

A LIRE AUSSILa méditation s'enseigne à l'Université de Strasbourg