Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Avion dérouté par la Biélorussie : l'Europe décide de nouvelles sanctions

-
Par , France Bleu

Les dirigeants européens ont décidé lundi soir de frapper la Biélorussie de nouvelles sanctions et de l'isoler du trafic aérien, révoltés par la décision de Minsk de faire atterrir de force un avion de Ryanair afin d'arrêter un opposant politique à son bord.

Les dirigeants de l'UE s'accordent sur de nouvelles sanctions contre Minsk.
Les dirigeants de l'UE s'accordent sur de nouvelles sanctions contre Minsk. © Radio France - Catherine Grain

Réunis en sommet à Bruxelles, les 27 chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne ont collectivement condamné le détournement d'un avion commercial par la Biélorussie afin d'arrêter le journaliste dissident Roman Protassevitch et sa compagne Sofia Sapega. 

Les dirigeants européens ont aussi décidé de nouvelles sanctions économiques et imposent une forme de blocus aérien à l’ex-république soviétique comme le précise dans un tweet Clément Beaune, le Secrétaire d'État chargé des Affaires européennes : "sanctions individuelles et économiques ciblées, enquête internationale, non survol de l’espace aérien biélorusse, interdiction d’accès aux compagnies biélorusses".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Conformément à la recommandation de l'UE, Ari France a annoncé dans la nuit de lundi à mardi suspendre "jusqu'à nouvel ordre" le survol de l'espace aérien de la Biélorussie par ses appareils. "Les appareils déjà en route verront leur plan de vol modifié" a annoncé la compagnie aérienne dans un communiqué.

Ces sanctions, ce n'est pas rien - Bernard Guetta, député européen

Sur le plan symbolique, la riposte est de taille : les Européens isolent l'un de leurs voisins en lui fermant leur espace aérien."Conseiller fermement aux compagnies aériennes européennes d'éviter l'espace aérien de la Biélorussie, ce n'est pas rien. Interdire les aéroports de l'Union européenne à la compagnie aérienne biélorusse, ce n'est pas rien. Et surtout, augmenter très significativement les sanctions contre son régime, à la fois contre ses personnalités et contre ses plus importantes entreprises ou institutions, que faire de plus ?" a estimé lundi sur franceinfo le député européen Bernard Guetta.

Le fait d'éviter de survoler la Biélorussie a aussi un impact économique puisque le pays touche un droit de passage à chaque survol et c'est une façon de commencer à assécher ses revenus avant d'aller plus loin dans les mesures de rétorsion.

"On craint qu'il ait été victime de torture"

La télévision publique biélorusse a diffusée des aveux filmés de Roman Protassevitch, arrêté dimanche à Minsk. L'opposant y avoue l'organisation de manifestations massives dans son pays. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Je m’appelle Roman Protassevitch, y déclare le journaliste. Je vais bien. Je suis en bonne santé. Le personnel carcéral s’est comporté avec moi dans le respect de la loi et je reconnais avoir organisé des manifestations de masse." Il ajoute qu'il continue de collaborer avec les enquêteurs.

"On voit un homme manifestement tendu", réagit ce lundi sur franceinfo le secrétaire général de Reporters sans Frontières (RSF), Christophe Deloire. "On imagine aisément qu'il a été contraint de se livrer à cet exercice. On craint même qu'il ait été victime de mauvais traitements et de torture", confie le secrétaire général de RSF. 

On peut en effet tout à fait douter de la sincérité de ces aveux car il y a un précédent. En août dernier, dans une vidéo également diffusée sur les réseaux sociaux, Svetlana Tikhanovskaya, principale figure de l’opposition à Alexandre Loukachenko, avait demandé sur un ton monocorde aux manifestants de ne pas sortir et de ne pas résister à la police. Un message totalement à l'opposé des appels à manifester qu’elle a lancés par la suite depuis son exil lituanien.

Joe Biden salue la décision européenne de sanctionner la Biélorussie

Le président américain Joe Biden a également condamné l'arrestation du journaliste dissident. Dans un communiqué, le chef de la Maison blanche a ajouté avoir demandé à ses conseillers de lui présenter des options afin que les responsables rendent des comptes. Il a aussi appelé à l'ouverture d'une enquête internationale et salué la décision de l'Union européenne de frapper la Biélorussie de sanctions.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess