International

Attentat de Berlin : Daech revendique l'attaque

Par France Bleu, France Bleu mardi 20 décembre 2016 à 7:22 Mis à jour le mercredi 21 décembre 2016 à 7:06

Le camion qui a fait 12 morts sur un marché de Noël de Berlin a été enlevé des lieux du drame ce mardi.
Le camion qui a fait 12 morts sur un marché de Noël de Berlin a été enlevé des lieux du drame ce mardi. © AFP - BERND Von Jutrczenka

Le groupe djihadiste Etat islamique revendique, ce mardi soir, l'attentat au camion qui a fait 12 morts et une quarantaine de blessés sur un marché de Noël du centre de Berlin.

Le groupe djihadiste Etat islamique a revendiqué mardi, par le canal de son agence de propagande Amaq, l'attaque au camion-bélier qui a fait 12 morts et une quarantaine de blessés lundi soir sur un marché de Noël du centre de Berlin. Celui qui a mené à bien l'opération à Berlin est un soldat de l'Etat islamique et il l'a réalisée en réponse aux appels lancés pour que soient visés les ressortissants des pays de la coalition", a écrit mardi Amaq.

Le ministre allemand de l'Intérieur a indiqué néanmoins que l'enquête s'orientait vers plusieurs pistes. Nous venons de prendre connaissance de la supposée revendication de l'Etat islamique, qui est en fait une bande de terroristes", a dit Thomas de Maizière à la chaîne de télévision publique ARD. "Les enquêteurs suivent actuellement plusieurs pistes", a-t-il ajouté en assurant que "Personne ne relâchera l'effort tant que l'auteur ou les auteurs (de l'attaque) n'auront pas été capturés".

L'auteur de l'attaque est toujours en fuite

La police allemande a annoncé ce mardi après-midi qu'un dangereux criminel "se trouvait encore probablement "dans la nature" dans la mesure où les soupçons contre un suspect pakistanais ne semblent pas s'étayer, a indiqué mardi le patron de la police locale. "Nous avons probablement un dangereux criminel dans la nature et bien sûr cela inquiète la population", a déclaré Klaus Kandt lors d'une conférence de presse, en indiquant que les mesures de sécurité dans la capitale allemande étaient en train d'être renforcées. Les autorités allemandes ont annoncé mardi soir la libération du seul suspect de l'attentat, et elles n'ont évoqué dans l'immédiat aucune piste pour retrouver l'auteur des faits en fuite depuis la veille.

A LIRE AUSSI ►►Attentat de Berlin : le Pakistanais un temps suspecté a été remis en liberté

  - Visactu
© Visactu -

Je sais que cela serait pour nous particulièrement difficile à supporter s'il se confirme que cet acte a été commis par une personne qui a demandé à l'Allemagne protection et asile - Angela Merkel

La chancelière allemande, Angela Merkel, a parlé, dans une allocution en fin de matinée, d'une "attaque terroriste". Elle a promis de punir ce crime "aussi durement que le permet la loi". Angela Merkel n'a pas exclu qu'il puisse s'agir d'un "un acte terroriste" peut-être "commis par un demandeur d'asile". "Je sais que cela serait pour nous particulièrement difficile à supporter s'il se confirme que cet acte a été commis par une personne qui a demandé à l'Allemagne protection et asile", a-t-elle déclaré à la télévision dans sa première réaction depuis le carnage. Dans l'après-midi, la chancelière s'est rendue sur les lieux de l'attaque, au pied de l'église du Souvenir, avec certains de ses ministres. Tous ont participé à une minute de silence, avant de visiter le site recouvert de débris et de signer un livre de condoléances.

Angela Merkel s'est rendue sur les lieux du drame ce mardi après-midi. - AFP
Angela Merkel s'est rendue sur les lieux du drame ce mardi après-midi. © AFP - Hannibal Hanschke

Les marchés de Noël sont maintenus

"Peu importe ce que nous allons apprendre sur les motivations et le mobile de l'assaillant, nous ne devons pas nous laisser prendre notre mode de vie fondé sur la liberté", a déclaré le ministre de l'Intérieur allemand Thomas de Maizière dans un communiqué, ajoutant "que les marchés de Noël et les rassemblements devaient continuer (...) avec la mise en place de mesures de sécurité adéquates".

A LIRE AUSSI ►► Berlin : un camion fonce sur la foule d'un marché de Noël, le conducteur présumé interpellé

Le deuxième homme à bord, retrouvé mort, portait des traces de coups

Le ressortissant polonais retrouvé mort dans la cabine du camion qui a foncé sur la foule était bien le conducteur du véhicule, et son corps portait des traces de coups, a assuré ce mardi le transporteur pour qui il travaillait. Ariel Zurawski, patron d'une société de transports installé près de Gryfino, en Pologne, employait son cousin dans son entreprise. Zurawski a été appelé dans la nuit par la police polonaise pour identifier la victime sur une photo. "On y voyait des traces de coups, il était évident qu'il s'était battu. Son visage était ensanglanté, tuméfié. Il y avait une blessure à l'arme blanche", a-t-il raconté, confiant qu'il avait eu du mal à regarder l'image. "La police m'a dit qu'il y avait aussi une blessure par balle". La famille du conducteur est sous le choc.

  - Aucun(e)

Le camion vraisemblablement dérobé sur un chantier

D'après les éléments réunis dès lundi soir par la police, le camion, immatriculé en Pologne, avait vraisemblablement été dérobé sur un chantier. Le poids-lourd, au pare-brise détruit par les chocs, a été enlevé ce mardi matin.

Le scénario rappelle l’attentat du 14 juillet à Nice

A LIRE AUSSI ►► La douleur des victimes de l'attentat de Nice après l'attaque du camion à Berlin

Le scénario rappelle l'attentat du 14 juillet à Nice où 86 personnes ont trouvé la mort lorsqu'un poids lourd conduit par Mohamed Lahouaiej Bouhlel avait foncé dans la foule venue assister au feu d'artifice de la fête nationale. L'organisation terroriste Etat islamique s'était attribuée la responsabilité du carnage.

Les réactions de solidarité se sont multipliées, alors que l'Europe est régulièrement la cible d'attentats revendiqués par des groupes djihadistes. "Les Français partagent le deuil des Allemands face à cette tragédie qui frappe toute l'Europe", a déclaré dans un communiqué le chef de l'Etat, exprimant "sa solidarité et sa compassion à la chancelière (allemande Angela) Merkel, au peuple allemand et aux familles". La Maison Blanche a condamné avec force "ce qui semble être une attaque terroriste".

La France connaît "un haut niveau de menace" terroriste

La France connaît "un haut niveau de menace" terroriste, mais a un plan de vigilance "particulièrement élevé aussi", a déclaré dans la matinée François Hollande, faisant part de sa "solidarité" et sa "compassion" avec l'Allemagne. "Nous avons un haut niveau de menace et nous avons un niveau et un plan de mobilisation et de vigilance particulièrement élevés aussi", a ainsi déclaré le chef de l'Etat à l'Elysée à l'issue d'un entretien avec le président du Sénégal Macky Sall.