International

Boeing 777 de Malaysia Airlines : "on ne retrouvera peut-être jamais aucune trace" de l'avion

France Bleu lundi 28 avril 2014 à 8:08

Le Bluefin-21 sera mis à l'eau depuis le navire Ocean Shield
Le Bluefin-21 sera mis à l'eau depuis le navire Ocean Shield © MaxPPP

Désormais, il n'y a plus aucune certitude que la carcasse du vol MH370 de la compagnie Malaysia Airlines, disparu le 8 mars dernier, soit retrouvée. Le premier ministre australien Tony Abbott a reconnu que les recherches, qui vont devenir exclusivement sous-marines, ne donneront peut-être jamais aucun résultat.

A la surface de l'océan Indien, aucune trace du Boeing 777 de la Malaysia Airlines, le fameux vol MH370 disparu le 8 mars dernier, n'a été localisée. Il est "très improbable " que des débris soient encore à la surface de l'eau , cinquante jours après sa disparition, a déclaré le Premier ministre australien Tony Abbott ce lundi. 

"La plupart des composants gorgés d'eau ont dû couler" — Tony Abbott, Premier ministre australien

A présent, a expliqué le Premier ministre, les recherches vont entrer dans une nouvelle phase : après les tentatives de détection visuelle à la surface menées à l'aide d'avions et de bateaux, ce sont désormais des appareils sous-marins qui vont mener une exploration des fonds de l'océan , à la recherche de la carcasse de l'avion. "Nous ferons tout ce qui est humainement possible pour résoudre ce mystère ", a promis Tony Abbott, tout en reconnaissant qu'il était possible qu'aucune trace de l'appareil ne soit jamais localisée

Une zone de recherches sous-marines extrêmement vastes

Après que la zone de recherches en surface a été restreinte à une zone de 100 kilomètres carrés, la nouvelle zone sous-marine des explorations, bien plus vaste, s'étend sur 56.000 kilomètres carrés, soit une bande d'environ 700 kilomètres sur 80 , qui représente "l'ensemble de la zone d'impact estimée" selon Tony Abbott.

Pour l'heure, c'est le robot Bluefin-21, de la forme d'une torpille, qui mène les recherches. L'Australie, qui coordonne les opérations, envisage de renforcer ce dispositif en faisant appel à des sociétés privées

Partager sur :