Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Brexit : le Royaume-Uni a lancé la procédure de sortie de l'Union européenne

mercredi 29 mars 2017 à 8:06 - Mis à jour le mercredi 29 mars 2017 à 15:14 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Neuf mois après le vote pour le Brexit, le Royaume-Uni a lancé mercredi le processus historique de sortie de l'Union européenne Le pays entame deux ans de difficiles négociations, pour couper les ponts au printemps 2019.

La Première ministre Theresa May a signé la lettre activant la sortie du Royaume-Uni de l'Europe mardi soir.
La Première ministre Theresa May a signé la lettre activant la sortie du Royaume-Uni de l'Europe mardi soir. © AFP - Christopher Furlong

Neuf mois après le vote pour le Brexit, le Royaume-Uni a lancé ce mercredi le processus historique de sortie de l'Union européenne, qu'il avait rejointe avec réserve il y a 44 ans, et ouvre deux ans de difficiles négociations pour couper les amarres au printemps 2019. L'annonce de cette rupture inédite dans l'histoire du projet européen, rude coup au moment même où il fêtait son 60e anniversaire ce week-end à Rome, a été faite par la Première ministre Theresa May devant les députés du parlement de Westminster à 12H30.

"Pas de retour en arrière"

"Il s'agit d'un moment historique, il n'y aura pas de retour en arrière. La Grande-Bretagne quitte l'Union européenne", a déclaré Theresa May devant le Parlement. Dans son discours, elle a également appelé les députés et le peuple britannique à se "rassembler" pour obtenir "le meilleur accord possible" avec l'Union européenne.

Le président du Conseil européen a reçu la lettre de divorce

La lettre de divorce, signée mardi soir par Mme May, est été transmise au même moment au président du Conseil européen Donald Tusk par l'ambassadeur britannique à Bruxelles Tim Barrow. "Vous nous manquez déjà, merci et au-revoir", a déclaré Donald Tusk après avoir reçu la lettre en mai propre, ce qui, de source diplomatique européenne, active l'article 50 du Traité de Lisbonne, faisant du Royaume-Uni le premier pays de l'UE à faire usage de cette "clause de retrait".

Downing Street a rendu public, mardi soir, la photo immortalisant le moment où Theresa May a signé la lettre officielle qui bouleverse le destin du Royaume-Uni.

L'économie britannique se porte bien... pour le moment

La lettre est consultable sur le site du gouvernement britannique, mais son contenu avait été gardé secret jusqu'au dernier moment, Londres se montrant soucieux de préserver jusqu'à la dernière minute ses arguments de négociations alors que les discussions avec l'UE à 27 doivent durer deux ans.

  - Visactu
© Visactu -

Pour le moment, l'économie britannique se porte bien : la croissance du produit intérieur brut est restée solide à 1,8% en 2016 et pourrait atteindre 2% en 2017. Mais avec le déclenchement officiel du Brexit, les investissements pourraient se détourner du pays, tandis que l'inflation due à la chute de la livre commence déjà à se faire sentir dans le porte-monnaie des ménages. Samedi, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté à Londres pour réclamer que le gouvernement mette "fin à cette folie" du Brexit.

L'Écosse souhaite rester en Europe et veut son indépendance

En Écosse, les députés ont eux donné leur feu vert mardi à un nouveau référendum d'indépendance après celui de septembre 2014. "Les circonstances ont changé avec le Brexit", a déclaré la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon, rappelant que les Ecossais ont voté à 62% pour rester dans l'UE.

  - Visactu
© Visactu