Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International DOSSIER : Brexit

Brexit : les députés britanniques rejettent massivement l'accord de sortie de l'Union européenne

mardi 15 janvier 2019 à 21:07 - Mis à jour le mercredi 16 janvier 2019 à 9:46 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Les députés britanniques ont massivement rejeté, ce mardi, l'accord sur le Brexit négocié par la Première ministre conservatrice Theresa May en vue de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. L'opposition travailliste présente une motion de censure contre le gouvernement de Theresa May.

De nombreux manifestants réclament un retrait du Brexit devant le Parlement de Londres.
De nombreux manifestants réclament un retrait du Brexit devant le Parlement de Londres. © AFP - Paul ELLIS

Les députés britanniques ont massivement rejeté, ce mardi, l'accord de Brexit négocié par la Première ministre conservatrice Theresa May avec Bruxelles. 

Ce vote est un vote crucial pour l'avenir du Royaume-Uni, à deux mois et demi de la date prévue de sa sortie de l'Union européenne. La chambre des Communes a refusé l'accord de divorce par 432 voix, 202 s'étant prononcé pour, malgré une ultime mise en garde de Theresa May contre "l'incertitude" que provoquerait ce rejet.

Une motion de censure contre Theresa May 

Dans la foulée du vote, l'opposition travailliste a présenté une motion de censure contre le gouvernement de Theresa May. Le chef des travaillistes, Jeremy Corbyn, a qualifié ce vote de défaite "catastrophique" pour le gouvernement. Cette motion sera débattue mercredi par les députés. 

Une défaite historique 

Cette défaite par 230 voix est la plus importante essuyée par un gouvernement britannique depuis les années 1920. Theresa May a désormais jusqu'à lundi pour présenter au Parlement un "plan B", si elle survit à la motion de défiance. "La chambre a parlé et ce gouvernement écoutera", a-t-elle déclaré immédiatement après le vote, proposant des discussions entre partis déterminer la voie à suivre.

Et après ?

Quatre scénariis se dessinent désormais : 

- Une sortie sans accord. L'un des scénarios envisageables est celui d'un Brexit sans accord, particulièrement redouté par les milieux économiques, avec le spectre d'un effondrement de la livre et d'une montée en flèche du chômage. "La France va accélérer les préparatifs pour un Brexit sans accord" ont fait savoir le autorités françaises ce mercredi. Dans ce cas, les relations économiques entre le Royaume-Uni et l'UE seraient régies par les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), et une multitude de contrôles douaniers et réglementaires devraient être mis en place en urgence.

- Le lancement de nouvelles négociations et le report du Brexit. Reste à définir le calendrier sachant que la sortie des Britanniques de l'UE est fixée au 29 mars et que des élections européennes sont prévues en mai. L’Europe des 27 s'est déjà positionnée contre. Un report du Brexit est toutefois une possibilité permise par une extension de l'article 50 du Traité de l'UE, qui régit le départ d'un État membre.

- De nouvelles élections législatives. Elles sont conditionnées par le résultat du vote sur la motion de censure déposée par les travaillistes.

- Un second référendum. Cette possibilité jusqu'ici exclue par Theresa May est réclamée par les europhiles. Reste à définir les questions posées : maintien dans l'UE ou plan de Theresa May (dans l'hypothèse ou cette dernière se maintient au pouvoir) ? Ou sortie sans accord ? Sans garantie que la consultation donnerait un résultat différent de celui de juin 2016.
 

  - Visactu
© Visactu