Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International
Dossier : Brexit

Brexit : Theresa May s'engage à démissionner si son accord de sortie de l'Union européenne est voté

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

La Première ministre britannique Theresa May a offert, mercredi soir, sa démission en échange de l'accord sur le Brexit qu'elle a négocié avec l'Union européenne. Elle l'a annoncé aux députés de son Parti conservateur, pour les convaincre de voter enfin son accord.

 Theresa May à Londres en février 2018
Theresa May à Londres en février 2018 © Maxppp - FACUNDO ARRIZABALAGA

La Première ministre britannique Theresa May a annoncé mercredi aux députés de son Parti conservateur qu'elle démissionnerait si son accord de Brexit était adopté par le Parlement britannique. Elle a tenté désespérément de convaincre ses députés, qui ont dit non à tous les scénarios possibles, de faire valider le traité de sortie de l'Union européenne qu'elle a négocié avec Bruxelles.

"Il y a le désir d'une nouvelle approche, d'un nouveau leadership" pour la prochaine phase des négociations du Brexit qui doit déterminer la future relation du Royaume-Uni avec l'UE, leur a-t-elle déclaré, selon un communiqué de ses services. "Je n'y ferai pas obstacle", a-t-elle ajouté.

Les députés britanniques disent non à toutes les options

Les députés britanniques sont en effet toujours incapables de trouver un compromis. Lors d'une série de votes "indicatifs", quelques heures après l'annonce de la Première ministre, ils ont voté contre huit scénarios alternatifs, parmi lesquels une sortie sans accord (un "no deal") ou un renoncement au Brexit. "Le Parlement a finalement son mot à dire. Non. Non. Non. Non. Non. Non. Non. Non", ironise le quotidien The Guardian en une. En s'engageant à démissionner, la dirigeante conservatrice cède aux appels de nombreux élus de sa formation qui conditionnaient leur soutien au texte à son départ.

Isolée et fragilisée

Mais le succès de cette initiative reste très incertain. Le parti nord-irlandais DUP, son allié au Parlement, a fait savoir dans la soirée qu'il ne "soutiendrait pas" cet accord, après l'avoir qualifié de "toxique". L'accord que Theresa May avait âprement négocié avec l'UE a déjà été rejeté deux fois par le Parlement britannique. Des défaites humiliantes qui avaient contraint la Première ministre à demander à l'UE un report du Brexit, initialement prévu le 29 mars, au 12 avril au plus tôt.

Toujours pas de date de sortie de l'Europe 

Mercredi, les députés se sont contentés d'entériner le report de la date du Brexit, après l'accord donné par les dirigeants européens. Les 27 ont donné le choix à Mme May : soit l'accord de retrait est adopté et le report sera de courte durée, jusqu'au 22 mai; soit l'accord est rejeté, et Londres aura jusqu'au 12 avril pour présenter une alternative et demander un nouveau report, qui impliquerait la tenue d'élections européennes dans le pays fin mai. Sinon, ce sera une sortie sans accord.

  - Visactu
© Visactu -
Choix de la station

France Bleu