Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International
Dossier : Brexit

Brexit : la Première ministre britannique Theresa May annonce sa démission, effective le 7 juin

-
Par , , France Bleu

La Première ministre britannique Theresa May a annoncé sa démission ce vendredi. Isolée, elle avait dû se résoudre à repousser le vote de son projet de loi de la "dernière chance" sur le Brexit, jeudi. Sa démission sera effective le 7 juin.

Très émue, Theresa May a annoncé sa démission devant le 10, Downing Street à Londres.
Très émue, Theresa May a annoncé sa démission devant le 10, Downing Street à Londres. © AFP - Daniel LEAL-OLIVAS

Critiquée de toutes parts et pressée de quitter le pouvoir depuis des mois, la Première ministre Theresa May a annoncé sa démission ce vendredi matin, suite à son échec à faire adopter son plan de retrait de l'Union européenne. Sa démission sera effective le 7 juin. Elle laisse à celui ou celle qui lui succédera un pays paralysé par les divisions.

"Un profond regret de ne pas avoir été capable de mettre en oeuvre le Brexit" - Theresa May 

La voix étranglée par l'émotion, Theresa May a précisé qu'elle démissionnerait de ses fonctions de cheffe du Parti conservateur, et donc de cheffe du gouvernement le 7 juin, dans une allocution prononcée devant le 10, Downing Street. Elle a exprimé, au bord des larmes, "un profond regret de ne pas avoir été capable de mettre en oeuvre le Brexit". Sa voix s'est cassée au moment de terminer sa brève déclaration, quand elle a proclamé son "amour" pour son pays, masquant l'émotion qui la submergeait en faisant volte-face pour se diriger vers ses bureaux.

Trois accords rejetés sur le Brexit 

Jeudi, la chef du gouvernement britannique avait dû se résoudre à repousser le vote de son nouveau projet de loi, celui de la "dernière chance", sur le Brexit, initialement prévu début juin. Depuis mi-janvier, Theresa May a échoué par trois fois à faire valider le traité de sortie de l'Union européenne qu'elle a négocié avec Bruxelles. La Première ministre conservatrice avait abattu sa dernière carte mardi, en proposant des liens commerciaux plus étroits avec l'UE et la possibilité de voter sur l'opportunité d'un second référendum. En mars déjà, elle s'était engagée à démissionner si son accord de sortie de l'Union européenne n'était pas voté. Le Brexit avait dû être repoussé au 31 octobre au plus tard, alors qu'il était initialement prévu le 29 mars. le gouvernement a dû organiser les élections européennes en catastrophe.

Lâchée par ses derniers soutiens 

La première ministre était de plus en plus isolée dans son propre camp. Après une série de démissions (une trentaine en quelques mois), elle a du faire face à la fuite des députés de la majorité qui la soutenaient encore. Eux aussi ont fini par rallier le camp des pro-Brexit.

Boris Johnson favori pour la remplacer 

Avant d'entrer en fonction, son successeur devra être élu à la tête du Parti conservateur, puis être nommé officiellement à la tête du gouvernement par la reine Elizabeth II. Un processus qui prendra plusieurs semaines, sans doute jusqu'à fin juillet. L'ancien ministre des Affaires étrangères Boris Johnson, champion des Brexiters, fait partie des favoris pour la remplacer.

Emmanuel Macron salue un "travail courageux" et appelle à une clarification sur le Brexit 

Emmanuel Macron a salué son "travail courageux" et appelle à "une clarification rapide" sur le Brexit. "Il est trop tôt pour spéculer sur les conséquences de cette décision. Les principes de l'Union Européenne continueront à s'appliquer, notamment la priorité a préserver le bon fonctionnement de l'UE, ce qui nécessite une clarification rapide", a ajouté le chef de l'Etat, selon un communiqué de la présidence.

La chancelière allemande Angela Merkel a dit, elle, "respecter" la décision de Theresa May.

  - Visactu
© Visactu -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu