Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International DOSSIER : Brexit

Brexit : Theresa May veut demander un nouveau report et tend la main à l'opposition

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

La Première ministre Theresa May a annoncé mardi vouloir réclamer aux dirigeants européens un nouveau report du Brexit. Ce dernier doit être "aussi court que possible" et prendra fin lorsque les députés britanniques auront adopté un accord de divorce.

Theresa May, le 2 avril 2019.
Theresa May, le 2 avril 2019. © AFP - Jack Taylor

La Première ministre britannique Theresa May a jugé nécessaire, ce mardi, un nouveau report de la date du Brexit, jusqu'à ce qu'un accord puisse être entériné par les députés. Elle a également tendu la main à l'opposition, en appelant à l'unité nationale pour que la Chambre des députés vote enfin un accord.

La dirigeante conservatrice a donc appelé le leader de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn à venir "s'asseoir" avec elle "pour essayer de  trouver un plan" qui pourra franchir l'étape du parlement, dans sa courte allocution au 10 Downing Street à l'issue d'un conseil des ministres marathon de sept heures. Une offre acceptée par l'intéressé, qui s'est déclaré "très heureux" d'engager des discussions.

Date butoir pour le moment fixée au 12 avril

Suite à cette déclaration, Emmanuel Macron a réagi, refusant que l'Union européenne soit "durablement otage" de la crise politique au Royaume-Uni. Le président de la République a ajouté que faute de présenter un "plan alternatif crédible d'ici le 10 avril", Londres "aura de facto choisi de lui-même de sortir sans accord" de l'UE. 

En l'absence d'accord, ou de report du Brexit, le scénario par défaut reste une sortie sèche le 12 avril, dont la simple perspective provoque des sueurs froides dans les milieux économiques.