Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Burkina-Faso : Emmanuel Macron a accueilli les ex-otages français à l'aéroport de Villacoublay

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Paris

Les deux otages français libérés vendredi par les forces spéciales dans le nord du Burkina Faso sont arrivés samedi vers 18 heures sur la base militaire de Villacoublay (Yvelines). Ils ont été accueillis par le président Emmanuel Macron et Florence Parly, ministre des Armées.

L'avion des ex-otages s'est posé à 18 heures sur l'aéroport militaire de Villacoublay (Yvelines)
L'avion des ex-otages s'est posé à 18 heures sur l'aéroport militaire de Villacoublay (Yvelines) © AFP - FRANCOIS GUILLOT

Vélizy-Villacoublay, France

Les deux otages français libérés vendredi par les forces spéciales dans le nord du Burkina Faso, au prix de la mort de deux militaires, sont rentrés samedi à 18 heures en France, à bord d'un avion de la République française. Ils ont été accueillis par le président Emmanuel Macron et Florence Parly, ministre des Armées.

Patrick Picque et Laurent Lassimouillas avaient été enlevés le 1er mai pendant un séjour touristique au Bénin, pays jusque-là épargné par l'insécurité en Afrique de l'Ouest. Ils ont été libérés en même temps qu'une Sud-Coréenne et une Américaine qui étaient, elles, captives depuis 28 jours. Leur arrivée sur le sol français s'est faite en toute discrétion, sans déclaration, hors de déclaration face à la presse.

"On voulait remercier les autorités françaises et celles du Burkina d'avoir participé à notre libération" - Laurent Lassimouillas, ex-otage au Burkina Faso

Avant leur retour dans leur pays, les deux ex-otages français se sont brièvement exprimés samedi matin devant le Palais présidentiel à Ouagadougou (Burkina Faso). "On voulait remercier les autorités françaises et celles du Burkina d'avoir participé à notre libération pour que nous soyons loin de tout cet enfer que nous avons vécu", a déclaré Laurent Lassimouillas, un des deux ex-otages français libérés dans le nord du pays. Il a également déclaré avoir "une pensée" pour leur "chauffeur-guide béninois" tué avant leur enlèvement au Bénin le 1er mai.

Les troix ex-otages, deux Français et une Sud-Coréenne, ici à gauche, accompagné du ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso - AFP
Les troix ex-otages, deux Français et une Sud-Coréenne, ici à gauche, accompagné du ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso © AFP - Ruphin KOFFI

Les deux ex-otages français revenus dans leur pays samedi étaient également accompagne de l'ex-otage sud-coréenne, sont attendus sur la base aérienne militaire de Villacoublay (Yvelines), près de Paris. Ils seront accueillis par le président Macron et plusieurs hauts responsables du gouvernement et de l'armée. 

Selon Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, il s'agit d'une "opération réussie", même si "malheureusement deux soldats sont morts (...), ils ont accompli leur mission et la France est fière d'eux". Le ministre a également rappelé les Français à respecter "de manière impérative" les conseils aux voyageurs.  

Florence Parly, ministre des Armées, a exprimé son "sentiment de satisfaction d'avoir pu les accueillir (...) et un sentiment de tristesse à la mémoire de deux combattants, c'est héroïque". La ministre a enfin salué "l'engagement des militaires, donner sa vie" tout en rappelant aux terroristes qu'ils seront "traqués par la France".

L'avion des ex-otages s'est posé à 18 heures sur l'aéroport militaire de Villacoublay (Yvelines)  - Aucun(e)
L'avion des ex-otages s'est posé à 18 heures sur l'aéroport militaire de Villacoublay (Yvelines) - France Télévisions

Qui sont les deux militaires tués dans l’opération ?

Membres du commando Hubert, unité d'élite de la Marine française, le maître Cédric de Pierrepont et le maître Alain Bertoncello ont été salués comme des "héros" par l'ensemble de la classe politique française. "Ils ont donné leur vie pour en libérer d'autres", a écrit Emmanuel Macron sur Twitter. "Portons nos pensées vers leurs familles et frères d'armes".

Un hommage national sera rendu mardi à Paris aux deux militaires français qui ont été tués au cours de cette intervention "d'une très grande complexité", selon les mots de la ministre des Armées Florence Parly.

Selon le récit du chef d'état-major français, le général François Lecointre, "les commandos des forces spéciales se sont inflitrés dans la nuit noire sur une distance de 200 mètres, malgré la présence d'une sentinelle", avant d'être finalement repérés à dix mètres des abris des ravisseurs.  Les militaires Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello "sont tués à très courte distance". En face, quatre ravisseurs périssent.

  - Visactu
© Visactu
  - Visactu
© Visactu