Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International DOSSIER : Référendum en Catalogne

Carles Puigdemont renonce à organiser de nouvelles élections en Catalogne

jeudi 26 octobre 2017 à 18:31 Par Baptiste Guiet, France Bleu Roussillon et France Bleu

Le président de la Generalitat de Catalogne a estimé ce jeudi qu’il n'y a pas assez de garanties de la part de Madrid pour organiser des élections anticipées. Carles Puigdemont s'en remet maintenant à la décision du parlement catalan.

© Maxppp - Toni Albir

Perpignan, France

Le président indépendantiste catalan a renoncé ce jeudi à convoquer des élections anticipées dans sa région. Après avoir repoussé plusieurs fois son allocution, Carles Puigdemont s'est finalement exprimé à 17 heures. On attendait soit une déclaration d'indépendance soit l'annonce d’élections. Le chef de l’exécutif catalan n'a choisi aucune des deux options.

"J'étais disposé à convoquer ces élections. Il était de mon devoir de le tenter pour éviter l'impact sur nos institutions" d'une mise sous tutelle de la Catalogne, a expliqué Carles Puigdemont dans son discours. Le président catalan a accusé Madrid de ne pas fournir les "garanties nécessaires" à la tenue de ce scrutin.

Ni indépendance, ni élections

Le gouvernement espagnol du conservateur Mariano Rajoy a prévu de faire approuver vendredi par le Sénat l'application de l'article 155 de la Constitution qui permet une suspension de facto de l'autonomie de la Catalogne. Pour Carles Puigdemont, "il revient au Parlement de déterminer les conséquences de l'application contre la Catalogne de l'article 155".

Quelques minutes après l'allocution de M. Puigdemont, à quelque 600 km de là, la vice-présidente du gouvernement espagnol Soraya Saenz de Santamaria commençait à défendre devant le Sénat à Madrid l'application de l'article 155, pour "ouvrir une nouvelle étape" dans laquelle la loi serait "respectée".