Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International

Affaire Carlos Ghosn : l'ancien patron de Renault est sorti de prison

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu

Carlos Ghosn a quitté le centre de détention de Tokyo ce jeudi, après la validation de sa demande de libération sous caution. L'ancien patron de l'alliance Renault-Nissan était retourné en prison début avril.

Carlos Ghosn à sa sortie de prison, ce jeudi.
Carlos Ghosn à sa sortie de prison, ce jeudi. © AFP - Behrouz MEHRI

Carlos Ghosn a quitté le centre de détention de Tokyo ce jeudi, après que sa demande de libération conditionnelle a été validée par la justice japonaise. Le tribunal du district de Tokyo avait accepté, plus tôt dans la journée, la demande de libération sous caution de l'ancien patron de Renault-Nissan. Il était  détenu depuis sa nouvelle arrestation le 4 avril en raison de soupçons d'enrichissement personnel au détriment de Nissan. Le parquet avait fait appel de cette libération, mais l'appel a été rejeté. Carlos Ghosn aura cependant le droit de voir sa femme que s'il en obtient l'autorisation.

L'ancien patron est sorti de prison d'un pas confiant, encadré de gardiens, vêtu d'un costume sans cravate, sous les flashes des nombreux médias, avant de monter dans un véhicule noir.

Une caution de 4 millions d'euros

Le président déchu de Nissan a effectué le versement d'une caution de 500 millions de yens (4 millions d'euros environ), a indiqué par la suite le tribunal, ouvrant la voie à sa libération imminente. Le parquet a donc fait appel, jugeant "regrettable" que la cour ait donné son feu vert "en dépit de craintes de destruction de preuves". Mais ce recours a donc été rejeté.

Une liberté conditionnelle très stricte 

Cette remise en liberté est assortie de plusieurs conditions restrictives et de mesures visant à empêcher Carlos Ghosn de falsifier des preuves. L'ancien dirigeant a par exemple interdiction de quitter le Japon.

Carlos Ghosn a été inculpé lundi d'un chef d'accusation supplémentaire d'abus de confiance aggravé par le parquet de Tokyo, sa quatrième inculpation depuis le début des procédures judiciaires engagées à son encontre au Japon. 

L'architecte de l'alliance Renault-Nissan, qui clame son innocence, avait été libéré une première fois sous caution le 6 mars, après 108 jours de détention sur des accusations de malversations financières. 

  - Visactu
© Visactu -