Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International DOSSIER : Référendum en Catalogne

Catalogne : 150 personnes officiellement destituées ce samedi

samedi 28 octobre 2017 à 9:37 - Mis à jour le samedi 28 octobre 2017 à 10:16 Par Isabelle Lassalle, France Bleu Roussillon et France Bleu

Après la déclaration d'indépendance de la Catalogne vendredi, Madrid prend les premières mesures de destitution et les publie ce samedi matin au Journal officiel, en vertu de l'article 155 de la Constitution espagnole.

150 personnes officiellement destituées en Catalogne.
150 personnes officiellement destituées en Catalogne. © Maxppp -

Vendredi, après la déclaration d'indépendance de la Catalogne, le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a destitué le président catalan Carles Puigdemont et son exécutif ainsi que le directeur administratif de la police régionale. Les premières mesures de destitution sont publiées au Journal officiel ce samedi matin.

Au total, 150 personnes sont officiellement destituées de leurs postes administratifs et institutionnels. Carles Puigdemont, le président séparatiste catalan, ses ministres et le chef opérationnel de la police catalane Josep Lluis Trapero sont concernés. Ils n'ont plus le droit d'accéder à leurs bureaux, sous peine d'être accusées d'usurpation de fonctions.

Josep Lluis Trapero, figure emblématique de la crise catalane

Chef opérationnel de la police catalane, Josep Lluis Trapero est devenu au fil des semaines, une figure emblématique de la crise catalane. Héros national en août dernier pour sa gestion des attentats jihadistes, qui ont fait 16 morts en Catalogne, il est maintenant sous le coup d'une enquête pour "sédition". La justice le soupçonne d'être resté passif lors de manifestations visant la Guardia civile en septembre.

Vendredi soir, à l'issue d'un conseil des ministres extraordinaire, le parlement catalan a été dissous et de nouvelles élections ont été annoncées pour le 21 décembre. La vice-présidente du gouvernement espagnol, Soraya Saenz de Santamaria, doit réunir samedi les secrétaires d'État qui assumeront les fonctions des gouvernants catalans.