Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International DOSSIER : Référendum en Catalogne

Catalogne : Carles Puigdemont appelle à l’union des indépendantistes aux élections régionales

samedi 4 novembre 2017 à 15:12 Par Oanna Favennec, France Bleu

Depuis Bruxelles, où il s’est réfugié, le président destitué de la Catalogne appelle ce samedi sur Twitter les indépendantistes à faire front uni aux élections régionales du 21 décembre.

Carles Puigdemont, à Bruxelles, en début de semaine.
Carles Puigdemont, à Bruxelles, en début de semaine. © Maxppp -

"Le moment est venu pour tous les démocrates de s’unir. Pour Pour la Catalogne, pour la liberté des prisonniers politiques et la République", clame Carles Puigdemont. Ce samedi, sur Twitter, le président destitué de la Catalogne, réfugié à Bruxelles, poursuit son message en renvoyant vers une pétition en ligne appelant à une "liste unitaire" indépendantiste pour les élections régionales du 21 décembre. Ce samedi, à 15h, elle avait réuni près de 40.000 signatures.

La veille, Carles Puigdemont s’exprimait sur la RTBF, la télévision publique belge, et affirmait être "disposé" à être candidat à ce scrutin.

Sous le coup d’un mandat d’arrêt européen

Ce samedi, le parquet fédéral belge a confirmé qu’il avait reçu cinq mandats d’arrêts européens, visant Carles Puigdemont, ainsi que quatre de ses anciens ministres et conseillés partis avec lui à Bruxelles.

Dans son communiqué, le parquet fédéral belge précise la suite de la procédure : "Dès que les intéressés sont retrouvés et amenés devant le juge d’instruction, celui-ci a 24h pour prendre une décision. Il a le choix entre plusieurs décisions : il peut décider de ne pas délivrer de mandat d’arrêt ou il peut délivrer un mandat d’arrêt mais éventuellement libérer les intéressés sous certaines conditions ». Ensuite, selon le ministère de la justice belge, la procédure de remise d'une personne visée par un mandat d'arrêt européen peut prendre jusqu'à 100 jours.