Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International DOSSIER : Référendum en Catalogne

Catalogne : Carles Puigdemont respectera le résultat des élections organisées par Madrid

mardi 31 octobre 2017 à 13:56 Par Anne Jocteur Monrozier, France Bleu Roussillon et France Bleu

Le président catalan destitué s'est exprimé ce mardi alors qu'une procédure le vise pour "rébellion" après la déclaration d'indépendance de la région, désormais sous contrôle de Madrid : il ne demandera pas l'asile à la Belgique et "respectera" le résultat des élections du 21 décembre.

Carles Puigdemont lors de sa conférence de presse ce mardi à Bruxelles
Carles Puigdemont lors de sa conférence de presse ce mardi à Bruxelles © AFP - Aurore Belot

Le président catalan destitué Carles Puigdemont a déclaré ce mardi lors d'une conférence de presse à Bruxelles qu'il ne demanderait pas l'asile à la Belgique, mais y restait par "sécurité". Selon la presse espagnole, le dirigeant séparatiste aurait atterri lundi dans la capitale belge avec cinq de ses conseillers (ministres).

"Je ne suis pas ici pour demander un asile politique. (...) On ne veut pas échapper à la justice. Si on était resté là-bas avec une attitude de résistance, il y aurait eu beaucoup de violences."

Carles Puigdemont, visé depuis lundi par une procédure judiciaire pour rébellion, sédition et malversation, a déclaré vouloir "ralentir" le processus d'indépendance catalane "pour éviter des troubles".

"Nous avons été obligés d'adapter notre plan de travail pour éviter la violence. (...) Si cette attitude a pour prix de ralentir le déploiement de la République, alors il faut considérer que c'est un prix à payer raisonnable dans l'Europe du XXIe siècle."

L'ancien maire de Gerone a également déclaré qu'il "respectera" le résultat des élections régionales du 21 décembre, organisées par Madrid après la mise sous tutelle de la Catalogne.

Ce mardi matin, la Cour constitutionnelle espagnole a suspendu la déclaration d'indépendance de la région, proclamée vendredi dernier.

  - Visactu
© Visactu