Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International DOSSIER : Référendum en Catalogne

Catalogne : l'Espagne lance un mandat d'arrêt européen contre Carles Puigdemont

vendredi 3 novembre 2017 à 22:15 Par Géraldine Houdayer, France Bleu Roussillon et France Bleu

La justice espagnole a lancé, ce vendredi, un mandat d'arrêt européen contre le président catalan destitué Carles Puigdemont et quatre de ses ministres se trouvant en Belgique, qui ont refusé de se rendre à la justice. Carles Puigdemont a réaffirmé sa volonté d'être candidat aux élections.

Le président destitué de la Catalogne Carles Puigdemont est visé par un mandat d'arrêt européen.
Le président destitué de la Catalogne Carles Puigdemont est visé par un mandat d'arrêt européen. © AFP - Jordy Boixareu

La justice espagnole a lancé vendredi un mandat d'arrêt européen contre le président catalan destitué Carles Puigdemont et quatre de ses "ministres" repliés en Belgique, qui ont refusé de comparaître devant elle.

Un mandat d'arrêt pour "rébellion, sédition, détournement de fonds et désobéissance"

Une juge d'instruction a lancé le mandat contre chacun des cinq membres du gouvernement destitué, pour "rébellion, sédition, détournement de fonds publics et désobéissance à l'autorité", a annoncé dans un communiqué le tribunal qui a déjà incarcéré jeudi huit autres membres de l'ancien exécutif indépendantiste.

Le mandat d'arrêt envoyé en Belgique, où se trouvent Puigdemont et ses ministres

Dans son ordonnance, publiée par le tribunal, la juge rejette la demande formulée par les avocats de M. Puigdemont et ses ministres de déposer par vidéo-conférence devant les autorités belges, expliquant qu'ils ne remplissent pas les conditions fixées par la loi. De plus "ils ne donnent même pas un domicile en Belgique pour réaliser une vidéo-conférence", souligne la juge. Le mandat d'arrêt européen a été envoyé au parquet fédéral belge, puisque les cinq fugitifs "semblent s'y trouver", a expliqué le tribunal. Mais la juge a en même temps lancé un mandat d'arrêt national et international, adressé à la police nationale, la Garde civile et Interpol. Le parquet fédéral belge a confirmé la réception du mandat d'arrêt. "On va l'étudier, puis il sera donné à un juge d'instruction", a expliqué un porte-parole du parquet fédéral, Eric Van der Sijpt.

Puigdemont "disposé à être candidat" aux élections du 21 décembre

Carles Puigdemont s'est dit, depuis Bruxelles "disposé à être candidat" aux élections du 21 décembre en Espagne, même s'il doit faire campagne depuis l'étranger, dans un entretien à la télévision belge. "Je suis disposé à être candidat", a-t-il déclaré, en français, à la RTBF lors d'une interview enregistrée et diffusée au journal télévisé, arguant que la campagne pouvait être menée de n'importe où dans le monde.