Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International DOSSIER : Référendum en Catalogne

Mandat d'arrêt européen demandé contre Carles Puigdemont, huit conseillers catalans en prison

jeudi 2 novembre 2017 à 16:56 - Mis à jour le jeudi 2 novembre 2017 à 23:05 Par Anne Jocteur Monrozier et Mathieu Ferri, France Bleu Roussillon et France Bleu

La justice espagnole a ordonné ce jeudi la détention de huit conseillers catalans. Un mandat d'arrêt européen est aussi demandé contre le président destitué Carles Puigdemont et quatre de ses conseillers, qui ne se sont pas rendus devant la juge d'instruction madrilène.

Carles Puigdemont s'adresse à la presse à Bruxelles
Carles Puigdemont s'adresse à la presse à Bruxelles © Maxppp -

La prison pour huit anciens membres du gouvernement catalan. Une juge d'instruction de Madrid a décidé ce jeudi de placer en détention provisoire les personnes qu'elles a entendues dans la journée, dans le cadre de l'enquête pour sédition et rébellion, après la proclamation vendredi dernier de la "République de Catalogne indépendante".

Parmi les personnes incarcérées figurent notamment Joaquin Forn (Intérieur), Raül romeva (Affaires étrangères) et l'ancien maire de Figueres Santi Vila (Industrie). Mais aussi Oriol Junqueras, l'ancien numéro deux du gouvernement de Barcelone. Tous ont été envoyés vers différentes prisons autour de Madrid.

Mandat d'arrêt demandé contre Carles Puigdemont

Carles Puigdemont lui, n'a pas répondu à la convocation et ne s'est pas rendu à Madrid. Le président catalan destitué est à Bruxelles depuis lundi, avec quatre de ses anciens conseillers. La juge d'instruction de Madrid devrait délivrer un mandat d'arrêt européen à leur encontre, qui s'adresserait de fait aux autorités belges.

Carles Puigdemont dénonce un "procès politique" et accuse le parquet espagnol de nourrir à son encontre un "désir de vengeance". Par la voix de son avocat belge, il s'est dit disposé à répondre aux questions de la justice espagnole, mais uniquement depuis Bruxelles.