Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
International DOSSIER : Référendum en Catalogne

Catalogne : les critiques de François de Rugy contre Mariano Rajoy

lundi 9 octobre 2017 à 17:22 Par Pascal Roche et Bertrand Pidance, France Bleu Loire Océan

Le président de l'Assemblée nationale et député de Loire-Atlantique François de Rugy souhaite que le dialogue l'emporte dans le conflit entre le gouvernement espagnol et la Catalogne. Il plaide pour une médiation européenne et accuse Mariano Rajoy de jouer "la politique de la tension".

François de Rugy, président de l'Assemblée nationale et député de Loire-Atlantique
François de Rugy, président de l'Assemblée nationale et député de Loire-Atlantique © Maxppp -

Nantes, France

Alors que le président catalan Carles Puigdemont laisse entendre qu'il est prêt à déclarer l'indépendance de sa région, François de Rugy, le président de l'Assemblée nationale, appelle à l'apaisement dans le conflit qui oppose le gouvernement autonome de Catalogne au gouvernement espagnol. Dans une interview accordée à France Bleu Loire Océan lundi matin, le député de Loire-Atlantique a souhaité que "l'on retrouve les voix du dialogue" et il a plaidé pour une médiation européenne à condition bien sûr que les deux parties en fassent la demande.

Mariano Rajoy accusé de jouer "la politique de la tension"

François de Rugy considère que "les situations de tension extrême dans lesquelles nous sommes arrivés en Espagne sont inquiétantes". Il rappelle au passage qu'il y a quelques années, un autre chef du gouvernement espagnol, José-Luis Rodriguez Zapatero, avait réussi, lui, à trouver un compromis avec cette région du nord-est de l'Espagne qui produit près de 20% de la richesse nationale.

Aujourd'hui, c'est une toute autre situation que constate le président de l'Assemblée nationale, il estime que l'actuel chef du gouvernement espagnol "Mariano Rajoy joue la politique de la tension". Il lui reproche d'être "sur une ligne de nationalisme espagnol, très fermé à toute évolution institutionnelle".